14 Janvier 2013

Algérie: Le pays ferme sa frontière avec le Mali

L'intervention militaire française au Mali a reçu l'appui de ses partenaires occidentaux et africains. L'Algérie, traditionnellement hostile aux ingérences étrangères dans la zone saharo-sahélienne, n'a pas pour l'instant réagi publiquement à la présence de l'armée française dans le nord du Mali. L'accélération des événements au nord du Mali impose à l'Algérie de revoir sa stratégie.

Depuis le déclenchement de la guerre au nord du Mali il y a un an, Alger a toujours privilégié l'option du dialogue pour régler la crise et s'est opposée à toute intervention étrangère dans ce qu'elle considère comme son arrière-cour. Les Algériens ont donc perdu sur les deux tableaux, diplomatique et militaire. Ansar Dine et son chef, Iyad Ag Ghali, qu'ils avaient réussi à imposer comme un partenaire fréquentable, les a floués en décidant d'attaquer l'armée malienne avec ses alliés islamistes d'Aqmi et du Mujao.

L'intervention étrangère est en cours et, qui plus est, déclenchée et conduite par la France, l'ancienne puissance coloniale. L'Algérie doit s'adapter à cette nouvelle donne et c'est ce qu'elle semble déjà faire. Le gouvernement algérien a apporté lundi un soutien sans équivoque au gouvernement de Bamako en n'excluant pas, selon nos sources, un appui en matériel à l'armée malienne.

Alger a également décidé de fermer ses frontières avec le Mali, ce qui va assécher l'approvisionnement des islamistes qui se ravitaillaient notamment en carburant en territoire algérien. L'Algérie est aujourd'hui obligée d'appuyer l'opération au Mali, assure un diplomate de la région. Ira-t-elle jusqu'à mettre à disposition ses bases de Reganne et de Tamanrasset comme elle l'avait officieusement promis en juin dernier avant de se rétracter ?

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.