Le Pays (Ouagadougou)

14 Janvier 2013

Burkina Faso: Voeux de nouvel an à la première dame - Les femmes déplorent les résultats des élections couplées de 2012

Les groupements féminins et Organisations non gouvernementales (ONG) féminines ont, comme à l'accoutumée, sacrifié à la tradition le samedi 12 janvier 2013.

En effet, c'est cette date qui a été retenue cette année, après le rendez-vous manqué de 2012, pour souhaiter les meilleurs voeux à la Première Dame Chantal Compaoré et, partant, à toute sa famille.

A l'occasion, les représentantes des femmes des treize régions du Burkina Faso ont émis le voeu que 2013 soit une année de paix, de santé et de succès pour tout le monde ; une année au cours de laquelle chacun et chacune est invité à faire preuve de tolérance et de solidarité afin que tous ensemble, l'on puisse relever les défis et les obstacles.

La paix, la santé, le succès pour la Première Dame, sa fille Djamila et son époux le président Blaise Compaoré. Ce sont là les voeux que les femmes des groupements féminins et Organisations non gouvernementales (ONG) ont formulés à l'endroit de Chantal Compaoré, le samedi 12 janvier dernier au Palais de Kosyam.

Plus de mille femmes ont envahi, à cette occasion, la terrasse qui accueille chaque année la cérémonie de présentation de vœux.

Ce cadre a également servi de tribune pour évoquer les actions menées en 2012 en faveur des femmes et celles à entreprendre pour un meilleur épanouissement de l'autre moitié du ciel.

Au nombre des actions menées, les femmes ont, par la voix de leur représentante, rappelé l'engagement de Mme Compaoré à lutter contre la mortalité maternelle et néonatale, les violences à l'égard des femmes, la sous- scolarisation des filles et l'analphabétisme des femmes, la faim, la pauvreté et les Mutilations génitales féminines (MGF).

Elles ont aussi évoqué la prise en charge et les réparations des séquelles de l'excision chez la femme et la jeune fille, la mise en oeuvre du programme de lutte contre la transmission mère/enfant du VIH/SIDA au sein de la fondation Suka.

Les femmes se sont par ailleurs réjouies de l'adoption d'une résolution visant à mettre fin à la pratique des MGF dans le monde par l'Assemblée générale des Nations unies le 20 décembre 2012.

Elles ont salué l'adoption de la loi qui fixe un quota de 30% par l'Assemblée nationale en vue de permettre une pleine participation des femmes à la vie politique ; loi qui a été appliquée pour la première fois aux élections couplées du 2 décembre 2012.

Ces élections, de l'avis des femmes, se sont bien déroulées de façon générale. Mais, si le bilan est encourageant en terme de participation des femmes (67 273 candidates inscrites sur les listes des municipales soit 35,62% et 1875 candidates aux législatives soit 30,80% des candidats), elles ont estimé que les résultats, ont par contre, été en deçà des attentes : 15 femmes sur 127 députés élues soit 11,81%.

Les femmes appelées à un surcroît d'engagement

Nestorine Sangaré, ministre de la Promotion de la femme et du genre a, quant à elle, évoqué le Forum national des femmes 2012 qui a été une occasion pour les femmes du Burkina de s'approprier la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) et de réfléchir sur leur rôle en tant qu'actrices et bénéficiaires de sa mise en oeuvre d'ici à 2015.

De son avis, les perspectives en matière de promotion de la femme et du genre pour 2013 s'annoncent prometteuses au regard des réussites engrangées en 2012.

Au nombre de ces réussites, elle a cité le changement des missions et attributions du ministère de la Promotion de la femme, l'amélioration de son positionnement dans l'ordre protocolaire, la location d'un bâtiment neuf à cinq étages pour abriter tous les services de son département, l'acquisition de 18 véhicules et d'équipements divers pour les services centraux et déconcentrés grâce à l'appui de l'Ambassade du Danemark.

Les grands chantiers au titre de l'année 2013 ont pour nom, adoption en Conseil des ministres de l'organigramme du ministère, la mise en place du Fonds national genre, du Fonds d'appui à entrepreneuriat féminin, la poursuite du PSCE avec la dotation de 1 600 groupements et associations en technologies et la responsabilisation du MPFG pour son exécution, la célébration du 8-Mars à Manga, etc.

Touchée par tous ces vœux et par autant de reconnaissance à son égard, Chantal Compaoré a, à son tour, formulé des voeux à toutes les femmes du Burkina Faso.

A toutes celles venues des treize régions du Burkina, elle a adressé ses félicitations pour avoir mené, au cours de l'année 2012 le combat particulier de la promotion du genre.

Revenant sur ce que les femmes ont mentionné plus haut, la Première Dame a souligné que le combat ne peut être gagné sans une plus grande présence des femmes aux postes de responsabilités dans le domaine de la gouvernance nationale et locale.

Elle en a donc appelé à un surcroît d'engagement politique de toutes les femmes. « Nous avons le devoir de soutenir toutes celles qui s'engagent en politique pour faire entendre la voix des femmes », a-t-elle déclaré avant d'exhorter les partis politiques à faire de la promotion du genre, une préoccupation majeure au sein de leurs formations.

L'éclat de cette cérémonie a été rehaussé par des prestations d'artistes tels que Jah Veruty, Greg, Floby, Rovane et l'orchestre national.

Pour joindre l'utile à l'agréable, il y avait à déguster : du riz, de la viande, du samsa, du massa, du gonré (mets locaux) et de la boisson bien fraîche.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.