Afrique: Le commerce régional peut motiver la croissance de l'Afrique

document

Washington — L'expansion du commerce agricole régional a le potentiel de motiver la croissance économique et la sécurité alimentaire en Afrique, a dit un haut responsable de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

Grâce à ses trois centres de commerce régionaux africains, l'USAID travaille en coordination avec des organismes de leadership africain tels que l'Union africaine et la Communauté de développement de l'Afrique australe pour faciliter le commerce transfrontalier et attirer les investissements étrangers, a déclaré Todd Amani lors d'un forum le 9 janvier sur la suppression des obstacles au commerce en Afrique. Le forum a eu lieu au Centre Woodrow Wilson à Washington, un institut de recherche nommé d'après le 28ème président américain. Amani est le sous-administrateur adjoint de l'USAID pour l'Afrique.

M. Amani a dit que les efforts de l'USAID ont fait avancer l'intégration transfrontalière et stimulé le commerce. L'Organisation de coopération et de développement économiques et l'Organisation mondiale du commerce ont qualifié de réussis les efforts de l'USAID pour élaborer et mettre en oeuvre des procédures et technologies douanières en Afrique, a-t-il souligné.

M. Amani a cité les efforts du Centre de commerce de l'Afrique australe pour prolonger les heures de fonctionnement des postes de frontière le long de la route commerciale de Trans-Kalahari reliant la Namibie, le Botswana et l'Afrique du Sud. Le centre d'affaires a aidé les pays à mettre en oeuvre un système de gestion des performances qui a « contribué à augmenter de douze fois l'utilisation du couloir et à réduire le temps de trajet de 72 à 48 heures », a-t-il noté. Le Centre de commerce de l'Afrique australe est basé à Gaborone, au Botswana.

« Ces progrès ont permis de réduire le temps, les coûts et les formalités administratives liés aux opérations en Afrique », a-t-il ajouté.

Mettant l'accent sur un autre exemple, M. Amani a expliqué que le soutien de l'USAID pour la réforme des douanes en Afrique de l'Est a conduit à une nouvelle plate-forme informatique commune pour les douanes qui permet aux fonctionnaires le long de la route commerciale Mombasa-Kigali de communiquer plus facilement entre eux les informations liées aux expéditions. Cela a réduit le temps qu'il faut pour transporter les marchandises le long du corridor et réduit les coûts de transport, a-t-il dit.

M. Amani a souligné la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, annoncée par le président Obama en mai 2012. L'alliance est un engagement commun par le groupe des Huit pays les plus développés, des pays africains et des partenaires du secteur privé à faire sortir 50 millions de personnes de la pauvreté sur une période de 10 ans à travers une croissance agricole soutenue et inclusive « avec des engagements de réformes étant l'élément principal », a expliqué M. Amani.

Lors du forum, Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique, a appelé les pays africains à en faire encore plus pour réduire les barrières commerciales pour que la nourriture puisse parvenir à davantage de personnes à des prix abordables. Il a dit que des politiques pour éliminer les obstacles aux importations de semences et d'engrais permettraient aux agriculteurs d'obtenir les produits dont ils ont besoin pour augmenter leur production. Il a également appelé les pays à adopter des normes de qualité uniformes pour les semences et les engrais. Cela mènerait les agriculteurs d'une région à créer une demande en gros pour ces produits, ce qui entraînerait une baisse des prix.

M. Diop a encouragé les gouvernements à fournir des incitations aux agriculteurs pour qu'ils investissent davantage dans des semences améliorées et des engrais qui leur aideraient à augmenter leur production. Il a noté que la réforme des obstacles au commerce devrait inclure des dispositions qui rendraient le passage des frontières plus sûr pour les femmes.

Il a dit que la suppression des barrières commerciales est de plus en plus urgente pour l'Afrique, à mesure que sa population et la demande de produits alimentaires de base continuent d'augmenter. En outre, davantage de gens vont s'installer dans les villes et ont besoin de produits alimentaires cultivés dans les zones rurales. Il a cité des estimations selon lesquelles le nombre de personnes vivant dans les zones urbaines de l'Afrique va plus que doubler d'ici l'an 2020.

M. Diop a souligné qu'avec « les bonnes politiques », l'Afrique peut augmenter sa production et mieux gérer les chocs qui ont généralement entraîné des pénuries et des pointes de prix. Cela inclut l'abolition de l'interdiction des exportations de produits alimentaires, a-t-il ajouté.

Il a aussi précisé que les politiques des pays africains doivent être prévisibles pour attirer les investissements étrangers dans les systèmes d'irrigation et les installations portuaires, de transport et de stockage. Il a également noté qu'il y a un besoin pour davantage de commissions d'échange de matières premières, comme celle en Éthiopie, pour que les agriculteurs puissent accéder à des informations précises sur les prix.

« Les Africains peuvent nourrir l'Afrique », a dit M. Diop.

Les autres centres de commerce régionaux de l'USAID sont le Programme d'Afrique de l'Est pour la compétitivité et l'expansion du commerce, basé à Nairobi, au Kenya, et le Centre de commerce d'Afrique de l'Ouest, basé à Accra, au Ghana, avec un bureau satellite à Dakar, au Sénégal.

Ads by Google

Copyright © 2013 United States Department of State. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.