La Tribune (Algiers)

16 Janvier 2013

Algérie: Des terroristes détiennent des otages dans une base près d'In Amenas

Photo: La Tribune
Des terroristes détiennent des otages dans une base près d’In Amenas

Le groupe assaillant est encerclé depuis hier par l'ANP

Les terroristes ont réussi un grand coup médiatique en organisant, tôt dans la matinée d'hier, une attaque au sud de l'Algérie qui a ciblé une installation de traitement de gaz, exploitée par l'entreprise nationale Sonatrach avec des compagnies étrangères, British Petroleum et Statoil sur ce site de Tiguentourine, à 40 km d'In Amenas et s'est soldée, selon un communiqué officiel du ministère de l'Intérieur, par le décès de deux ressortissants étrangers dont un de nationalité anglaise et de six blessés.

Le groupe terroriste qui est, au moment où nous mettons sous presse, toujours encerclé sur le lieu de l'attaque, a décidé en fin de journée d'hier, de libérer, par petits groupes, les travailleurs algériens. Le nombre des travailleurs libérés n'a pas été précisé. Il a maintenu en otage «un peu plus d'une vingtaine» de ressortissants étrangers, selon l'APS qui cite des sources de la wilaya d'Illizi. Ces ressortissants, de différentes nationalités étrangères (Norvège, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France et Japon), travaillent au sein de cette installation de traitement de gaz. Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur «un groupe de terroristes, fortement armé, arrivé à bord de trois véhicules, a investi mercredi à 5h00, la base-vie de Sonatrach à Tiguentourine, à proximité d'In Amenas, à une centaine de kilomètres de la frontière algéro-libyenne». «L'attaque a porté d'abord sur un bus qui quittait cette base transportant des étrangers vers l'aéroport d'In Amenas», a précisé le communiqué. Deux ressortissants étrangers sont décédés lors de cette attaque, qui a été repoussée par les unités d'escorte, alors que six personnes (deux étrangers, deux gendarmes et deux agents de sécurité) ont été blessées, note le communiqué, soulignant que «le bus et les personnes blessées sont arrivées à In Amenas et ont été prises en charge par les autorités locales».

«Le groupe terroriste, après cette tentative avortée, s'est dirigé vers la base-vie dont il a investi une partie et y a pris en otage un nombre indéterminé de travailleurs, dont des ressortissants étrangers», a ajouté la même source. «Les forces de l'Armée nationale populaire (ANP) et des services de sécurité sont arrivées sur les lieux et ont pris aussitôt toutes les mesures afin de sécuriser la région et trouver un dénouement rapide à cette situation qui reste suivie de très près par les autorités du pays», conclut le communiqué.

L'attaque et la prise d'otages ont été menées par des combattants d'Al-Qaïda venus du nord Mali, a affirmé l'un d'eux à l'AFP.«Nous sommes des membres d'Al-Qaïda et nous sommes venus du nord Mali», a affirmé le combattant, joint par téléphone. L'AFP qui, citant différentes autres sources, affirme que le groupe composé d'une trentaine d'éléments a pris en otage un Français, un Anglais et cinq Japonais.

Le site d'Ansar El Charia (les défenseurs de la Charia) indique pour sa part «nos frères Moudjahidin d'Al-Qaïda au Maghreb Islamique déclarent qu'ils ont attaqué ce matin le site pétrolier de BP et qu'ils ont pris en otage 5 Japonais et un Français. Ils ont tué un de leur garde du corps et blessé trois autres. Lors de leur retraite, ils ont rencontré une force de l'armée algérienne avec qui ils ont échangé des tirs faisant cinq morts et l'affrontement est toujours en cours entre l'armée et un petit groupe de Moudjahidin, resté sur place pour assurer la retraite du reste de leurs frères en compagnie des otages».

Le porte-parole de katiba «al-Mouwaqi'oun bi dam» (les signataires par le sang) dont la création a été annoncée dernièrement par le dirigent de la Katiba Al-Molathamin (Aqmi), Mokhtar Belmokhtar dit le borgne, a affirmé à l'agence mauritanienne Sahara Médias, réputée pour être proche des réseaux djihadistes du Sahel et l'Agence Nouakchott d'information, que l'attaque s'est soldée par la prise en otage de 41 personnes dont 7 Américains, des Français, Britanniques, et Japonais. Il a précisé que 5 otages sont détenus au niveau de «l'usine» alors que le reste (36) est retenu au niveau de la base vie. Le porte-parole de la katiba a souligné que cette opération a été organisée en signe de représailles contre l'Algérie qui a autorisé le survol de son territoire, par les avions militaires français dans le cadre de l'intervention militaire lancée au Mali.

L'Irlande a indiqué qu'un de ses ressortissants, originaire de la province britannique d'Irlande du Nord, faisait partie des personnes kidnappées, tandis que Tokyo évoquait «un certain nombre de Japonais détenus». L'épouse d'un employé norvégien a indiqué au journal local Bergens Tidende (BT) que son mari faisait aussi partie des otages. «Mon mari m'a appelée ce matin. Il m'a dit qu'il avait été pris en otage.» Elle a précisé que son époux lui avait fourni un numéro de téléphone à transmettre à la police, apparemment celui des ravisseurs selon elle. «Il y avait quelqu'un qui lui dictait ce qu'il devait dire en anglais. La police a appelé le numéro qu'il m'a donné. La conversation a été coupée après quelques secondes», a-t-elle dit. Paris a activé une cellule de crise au sein du ministère français des Affaires étrangères suite à la prise d'otages, d'après l'agence Reuters. Une source proche de British Petroleum (BP) a confirmé à Algerie-focus.com qu'il y a bel et bien sept otages étrangers, parmi lesquels se trouvent quatre Japonais, deux Britanniques et un Français. De même que le député FLN Mahmoud Guemama qui a confirmé à l'AFP qu'un Français et quatre Japonais ont été pris en otage en précisant avoir obtenu ces informations auprès de témoins sur place.

Les hélicoptères de l'armée algérienne continuaient tard dans la soirée d'hier de survoler la zone et au moins 20 000 militaires étaient postés dans les environs de la base de BP et Sonatrach.

Ould Kablia affirme «pas de négociations avec les terroristes»

Les autorités algériennes ne négocieront pas avec les terroristes qui ont attaqué hier matin une base pétrolière dans la région de Tiguentourine, à In-Amenas, et tiennent en otages des ressortissants étrangers, a affirmé le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia. Intervenant à la Télévision nationale, le ministre a précisé que les autorités algériennes «ne répondront pas aux revendications des terroristes et refusent toute négociation».

La Maison-Blanche dit surveiller la situation

La Maison-Blanche a affirmé hier qu'elle surveillait «de près» la situation en Algérie, où des terroristes ont affirmé avoir pris en otage 41 «Occidentaux» dont sept Américains. «Nous surveillons de près la situation et sommes en contact avec les Algériens et nos autres partenaires dans la région», a déclaré à l'AFP le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Tommy Vietor.

«Le groupe terroriste n'est entré ni du Mali ni de Libye»

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a affirmé hier que le groupe terroriste qui a attaqué la base de vie pétrolière de Tiguentourine, à In Amenas (Illizi,) n'est entré ni du Mali, ni de Libye, ni d'un quelconque autre pays voisin. «Le groupe terroriste qui a attaqué la base de vie n'est entré ni du Mali, ni de Libye», a souligné M. Ould Kablia dans une déclaration à la Télévision algérienne, précisant qu'il s'agissait d'un groupe d'une vingtaine de terroristes issus de la région. Il a indiqué que ces éléments auraient agi sous les ordres et instructions du terroriste Mokhtar Benmokhtar. Les forces de sécurité ont encerclé les lieux et cerné le groupe terroriste qui se trouve actuellement dans une aile de la base de vie, a-t-il ajouté.

L'Algérie a pris toutes les dispositions pour faire face aux répercussions de l'intervention militaire étrangère au Mali, a assuré le ministre de l'Intérieur. Il a relevé que ces répercussions «concernaient tous les pays de la région et non pas seulement l'Algérie».

Ads by Google

Copyright © 2013 La Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

7 otages restaient vivants après le bombardement

Des terroristes détiennent des otages dans une base près d’In Amenas

7 otages occidentaux sont restés vivants, après le bombardement du complexe gazier par l'armée algérienne, a affirmé un porte-parole des ravisseurs Read more »