17 Janvier 2013

Togo: L'ancien premier ministre togolais interpellé après des incendies criminels à Lomé et Kara

L'ancien Premier ministre et responsable de l'opposition togolaise Agbéyomé Kodjo a été interpellé, mercredi 16 janvier 2013, pour être entendu dans une affaire d'incendies ayant ravagé, la semaine dernière, les principaux bâtiments de deux grands marchés du pays.

Lundi, le gouvernement a qualifié d'« actes criminels » ces incendies et a ouvert une enquête. Agbéyomé Kodjo a été interpellé juste après la levée de son immunité parlementaire par l'Assemblée nationale. Le vice-président du parti est également arrêté depuis dimanche et gardé à la gendarmerie, selon les responsables du parti d'Agbéyomé Kodjo.

Ce mercredi 16 janvier au matin, au cours d'une audience unique, l'Assemblée nationale a procédé à la levée de l'immunité parlementaire d'Agbéyomé Kodjo, ancien Premier ministre, ancien président de l'Assemblée nationale. En milieu d'après-midi, des gendarmes en civil, armes au poing, ont encerclé son domicile et avant de l'emmener. A la gendarmerie, l'ancien Premier ministre a refusé de répondre à l'audition sans la présence de son conseil, on lui a alors notifié sa garde à vue.

Togo: le bâtiment principal du grand marché de Lomé ravagé par le feu

Dès le lendemain de l'incendie qui a vu le grand marché de Lomé partir en fumée, c'est le vice-président de son parti Organisation pour bâtir dans l'union un Togo solidaire (OBUTS), Gérard Adja, qui avait été interpellé alors qu'il sortait de la messe.

Les autorités confirmeront plus tard que cette arrestation était dans le cadre de l'enquête ouverte après l'incendie du grand marché de Lomé. « L'enquête avance, confiait un officier de gendarmerie à RFI. Mercredi soir, il ajoutait que pour l'instant, plusieurs personnes sont interpellées », sans en donner le nombre exact.

Il y a eu de nombreuses réactions après cette série d'incendies à Kara et à Lomé, le gouvernement parle d'« actes criminels ». Gilchrist Olympio espère que cette série d'incendies ne soit pas un acte politique. L'Alliance nationale pour le changement, qui fustige l'incurie des pouvoirs publics, dénonce toutes les manoeuvres en cours tendant à désigner un bouc émissaire pour masquer cette incurie.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.