Le Pays (Ouagadougou)

Burkina Faso: CMA de Yako - Le MCD répond à la section SYNTSHA du passoré

Le Médecin-chef du district (MCD) de Yako a tenu à réagir à certaines déclarations de la section provinciale du SYNTSHA, parues dans notre édition du lundi 31 décembre 2012 à la page 22. Mais en plus de lui permettre d'exercer son droit de réponse, nous nous sommes intéressés à une des difficultés majeures actuelles du CMA : l'absence d'un groupe de relais en cas de délestage. C'est un appel du pied qu'a lancé Dr Alassane Yanogo dans la soirée du 14 janvier 2013.

Pour le Dr Yanogo, Médecin-chef du district (MCD) de Yako, des instructions du ministère leur demandaient de prendre des dispositions, chacun à son niveau, pour minimiser les effets induits du « boycott des gardes et permanences », lancé par le SYNTSHA du 12 au 22 décembre 2012.

C'est ainsi qu'avec l'ONG Keoogo qui intervient dans son aire sanitaire, il a été convenu d'une prise en charge modeste pour les volontaires redéployés au CMA tout au long de la période de boycott.

"Nous avons redéployé au total 12 jeunes volontaires régulièrement mis au service de nos centres de santé au CMA ; certains aux urgences et d'autres à la maternité. Pour la pédiatrie, ce sont des agents de Keoogo qui y étaient. Pour les volontaires, l'ONG s'est engagée à désintéresser ceux de Yako avec la somme de 3 000F/garde et 5 000F/garde pour ceux vivant hors de Yako. Je précise que c'est pour leur déplacement et restauration", a expliqué le MCD, avant d'ajouter que ceux qui étaient à la pédiatrie sont des professionnels régulièrement engagés par l'ONG.

S'agissant du manque de consommables médicaux, le MCD est catégorique : "Notre pharmacie n'a jamais été en rupture d'alcool", martèle-t-il, et de nous montrer le tableau statistique des dotations mensuelles à chaque unité élaboré par le Coordonnateur des soins infirmiers et obstétricaux (CSIO). Même disponibilité pour les ordonnanciers dont un lot nous a été montré pour signifier que ce problème ne s'est jamais posé depuis qu'il est aux commandes.

"J'ai même conçu ces fiches simples, photocopiables sur place, pour éviter les coûts exorbitants des anciens ordonnanciers », se défend le MCD. Et pour conclure sur ce point, Dr Yanogo, tout en reconnaissant le droit au syndicat et à ses militants de mener leurs activités, voudrait croire à un minimum de collaboration pour atteindre les objectifs communs : venir en aide aux patients.

SOS groupe électrogène pour le CMA

Au-delà de cette situation, certes difficile mais gérable, le CMA de Yako, depuis le 13 octobre 2012, fonctionne sans groupe de relais. Suite à de multiples délestages ce jour-là, le groupe a finalement pris feu et tout a cramé. Une mission de la Direction des infrastructures, de l'équipement et de la maintenance s'est dépêchée sur les lieux et son rapport est attendu. Mais d'ores et déjà, le MCD est sûr d'une chose : "La machine de 27 KVA est irrécupérable".

Une fois de plus, l'ONG Keoogo est sollicitée. Sur le coût estimatif de 14 millions, elle serait prête à supporter 50%. Et le reste ? Le Dr Yanogo est sans réponse. C'est pourquoi il a lancé un appel du pied à toutes les bonnes volontés afin que cette situation ne perdure. Déjà, regrette le MCD, depuis le 15 décembre à ce jour (14 janvier 2013), la maternité, à elle seule, a procédé à l'évacuation de 12 parturientes. Un chiffre effroyable et déplorable non seulement pour le personnel médical mais aussi pour les 372 403 habitants du Passoré.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.