Mali: Des bérets rouges restent en détention malgré une ordonnance de liberté provisoire

Des questions demeurent autour du sort de plusieurs bérets rouges détenus au Mali. Le juge d'instruction chargé de leur dossier après la tentative de contre coup d'Etat du 30 avril dernier a ordonné vendredi 18 janvier la mise en liberté provisoire de 29 des 48 d'entre eux.

Mais le procureur n'a toujours pas donné son accord pour qu'ils quittent le camp de gendarmerie où ils sont détenus. Certains proches s'inquiètent et dénoncent des pressions pour les maintenir en détention.

L'ordonnance de mise en liberté provisoire signée vendredi par le juge concerne 29 personnes : trois civils et 26 militaires. Parmi eux, le fils de l'ex-président Alpha Oumar Konaré, un commandant de l'armée de l'air et l'ancien chef d'état-major de l'ex-président Amadou Toumani Touré. A l'annonce de la nouvelle les familles se réjouissent. Le pays est en guerre contre les terroristes, et à la veille de la fête de l'armée, elles interprètent la mesure comme un signe d'apaisement et de réconciliation.

Seulement, deux jours plus tard, le procureur n'a toujours pas donné son feu vert à la libération et certains s'interrogent. Y a-t-il eu des pressions sur le procureur, comme des détenus le disent ? Cette libération gêne-t-elle des militaires de Kati qui en veulent encore aux bérets rouges ?

Un des avocats joint par RFI dit ne pas comprendre ce qui bloque et espère que le dossier sera réglé ce lundi. Le président de l'association malienne des droits de l'homme, Maître Moctar Mariko, qui a été alerté par les détenus, assure qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter car à se stade il s'agirait d'un vice de procédure. Du côté de Kati, la question est sensible et on préfère pour l'instant ne pas commenter ce dossier.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.