18 Janvier 2013

Le Mali determiné à s'acquitter de ses obligations

SPONSOR WIRE

Abidjan - Cote d'Ivoire — Le gouvernement du Mali réaffirme "sa détermination à s'acquitter de ses obligations" découlant de la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui autorise l'envoi dans le pays d'une force essentiellement africaine composée d'environ 3.000 membres, et des "décisions pertinentes".de la CEDEAO et de l'Union africaine (UA). S'exprimant dans le cadre de la session extraordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO (CMS), qui s'est ouverte ce vendredi 18 juin 2013 à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le ministre des Maliens de l'extérieur et de l'Intégration africaine, Me Demba Traoré, a dit toute la détermination des autorités de la transition à faire face au défi posé par les groupes terroristes qui menacent l'intégrité du pays. "Le Mali réitère l'appel lancé par la CEDEAO et l'Union africaine en vue d'un déploiement rapide de la MISMA (Mission internationale de soutien au Mali).

Tout en remerciant les Etats frères de la CEDEAO qui ont annoncé des contingents, nous les exhortons à diligenter leur déploiement", a déclaré Me Traoré devant ses homologues réunis dans le cadre de la réunion d'une journée du CMS. Aujourd'hui plus que jamais, la mise en oeuvre rapide de la résolution 2085, en particulier dans ses composantes "déploiement de la MISMA" et "tenue de la conférence des donateurs", s'avère être une priorité pour accompagner l'action militaire entamée en vue d'éradiquer le terrorisme et recouvrer l'intégrité territoriale du Mali, a expliqué le ministre. Me Demba Traoré a salué la réunion du CMS, qui intervient une semaine après l'attaque, par des groupes terroristes coalisés du Nord malien, des premières lignes de défense du pays à Konan, localité située à 60 kilomètres de Sévaré, base militaire dotée d'un aéroport international et située elle-même à quelques heures de Bobo-Dioulasso, au Burkina, de Korhogo, en Côte d'Ivoire, et de Bamako, la capitale malienne.

"Oui, le gouvernement de la République du Mali a demandé et obtenu l'assistance militaire de la France en vertu de nos accords bilatéraux et conformément aux dispositions de la résolution 2085 du 20 décembre 2012 du Conseil de sécurité des Nations unies", a souligné avec force le ministre des Maliens de l'extérieur et de l'Intégration régionale devant ses pairs de la CEDEAO. Il a saisi l'occasion pour "remercier particulièrement la France, son peuple, son président et son gouvernement pour avoir fourni une assistance nécessaire à la restauration de l'intégrité territoriale de (son) pays et à la préservation de la paix et de la sécurité dans la région et dans le monde". Ces remerciements s'adressent aussi, a dit Me Traoré, à tous les Etats membres de la CEDEAO, aux pays du champ ainsi qu'aux partenaires bilatéraux et multilatéraux du Mali pour leur accompagnement et leur solidarité.

Copyright © 2013 Economic Community of West African States. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.