21 Janvier 2013

Centrafrique: Qui sont vraiment les combattants de la Seleka?

Il y a une dizaine de jours, la Seleka a signé un accord avec les autorités de Bangui. De cette rébellion qui a mené une offensive fulgurante en direction de la capitale, on sait qu'elle est une alliance de rébellions précédentes. Mais dans l'ensemble, elle reste assez mystérieuse. Reportage.

« Ce sont des mercenaires venus du Soudan, des wahabbites soutenus par des puissances étrangères qui veulent exploiter notre pétrole », assurait il y a peu un ministre de François Bozizé.

Pour démentir cette accusation et montrer aux yeux du monde qu'ils sont bien des enfants du pays, les rebelles de la Seleka ont déployé un drapeau centrafricain à la première barrière marquant l'entrée de leur territoire.

Le colonel Christian Djouma Narkoyo affirme haut et fort que le seul agenda de cette alliance, née il y a 40 jours, est national. Et qu'il n'y a pas d'islamistes dans ses rangs :

« Hier, on nous traitait d'islamistes et de wahabbistes pour la simple raison que l'islam est entré par le Nord et que l'on est à 90% des musulmans. Ce que je sais, c'est que je suis Centrafricain, on est tous des Centrafricains, il n'y a pas de raison de traiter l'un de nous d'étranger. »

L'attitude sur le terrain des combattants confirme cette affirmation. Ceux-ci sont plus souvent préoccupés par l'idée de taxer une cigarette au visiteur de passage que de prêcher une lecture rigoriste du Coran.

Aujourd'hui, si la Seleka est composée de diverses rébellions actives au nord du pays, d'anciens militaires mécontents ou de jeunes engagés de la dernière minute, dans les localités de Damara, Sibut, Grimari et Bambari, la quasi-totalité de la troupe est issue de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR).

Ce n'est donc sûrement pas un hasard si le président, le chef d'état-major, le chef des opérations et le porte-parole de la Seleka proviennent de ce mouvement.

Sur le terrain, les combattants sont équipés de kalachnikov, de fusils de brousse, de lance-roquettes, de mortiers ou bien même de couteaux.

Les véhicules tout-terrain surmontés de mitrailleuses sont peu nombreux. Un armement sommaire mais qui s'est révélé suffisant pour mettre l'armée en déroute.

Comment on vit sous le joug de la Seleka

A Bambari, Grimari ou Sibut, on n'a jamais connu l'opulence. Mais depuis que la Seleka a conquis ces villes, le quotidien a sérieusement empiré.

Dans la seule de ces trois localités à avoir connu des combats, Bambari, toutes les administrations ont été saccagées. Des entreprises ont été pillées. Paroles d'habitants inquiets ou en colère :

« Il n' y a plus de marchandise ici, se plaint un homme. Le sucre, le sel, le savon... tout est cher ! Il n'y a pas de ravitaillement, la route est bloquée. Comment va-t-on vivre ?

Auparavant, ce n'était pas comme cela. Maintenant, vers 10-11h, le marché commence à se vider et tout le monde a peur ».

« Le problème, c'est la nuit, renchérit une femme. Si on ouvre la porte, les rebelles ramassent tout ce qu'ils peuvent prendre, les assiettes, les marmites... tout est parti. »

Les combattants de la Seleka ne seraient donc que de vulgaires pillards ? Jean Franklin, un jeune de Sibut, tempère cette accusation : « Les vrais rebelles sont très disciplinés et ils ne causent pas que des dégâts.

Ce sont les volontaires, ceux qui suivent les rebelles, qui se promènent avec de longs couteaux. Ceux-là pillent par-ci par-là. Ils prennent les garçons et les maltraitent en les tabassant et en les fouettant », raconte-il.

Pour contrôler les troupes et punir les voleurs au sein des rangs de la rébellion, des brigades de surveillance ont été mises en place. Une initiative encore trop embryonnaire pour que la population se réconcilie avec la Seleka.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.