21 Janvier 2013

Algérie: 38 otages tués à In Amenas

Le bilan est toujours provisoire mais commence à être plus précis après la prise d'otage du site gazier d'In Amenas en Algérie. Au moins 38 otages ont perdu la vie (37 étrangers et un Algériens) ainsi que 29 assaillants. Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse, est revenu sur le déroulé de la prise d'otages précisant que les ravisseurs étaient arrivés du nord du Mali.

Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal l'a confirmé : Mokhtar Belmokhtar est bien à l'origine de la prise d'otages sanglante du site gazier d'In Amenas. Et le bilan, bien qu'encore provisoire, est lourd. Au moins 37 otages étrangers ont été tués, de huit nationalités différentes.

Parmi les étrangers confirmés morts par leurs pays figurent un Français, un Américain, deux Roumains, trois Britanniques, six Philippins et sept Japonais. Les autres dépouilles n'ont pas encore été identifiées et cinq étrangers sont encore portés disparus. Un Algérien figure aussi parmi les victimes. Des otages qui ont été pour certains « abattus d'une balle dans la tête », a précisé le Premier ministre.

Abdelmalek Sellal a aussi déclaré que les ravisseurs étaient entrés dans le pays via le Mali en longeant le Mali, le Niger et la Libye. Le commando était dirigé par Mohamed el-Amine Benchenab, un Algérien connu des services de renseignement. Il a été tué dans l'assaut des forces de l'ordre, ainsi que 28 autres assaillants. Trois preneurs d'otages ont été arrêtés. Le Premier ministre n'a pas évoqué de ravisseur en fuite.

Les auteurs de cette attaque étaient membres des « Signataires du sang », un groupe créé par Mokhtar Belmokhtar, l'un des fondateurs d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Parmi eux figuraient trois Algériens, alors que d'autres étaient de nationalité canadienne, égyptienne, tunisienne, malienne, nigérienne et mauritanienne.

Le Premier ministre a réaffirmé que l'opération avait été un succès, que l'objectif d'Alger était de sauver un maximum de vies et de préserver les infrastructures gazières. Abdelmalek Sellal a insisté « l'Algérie n'a pas l'intention d'intervenir au Mali. Le pays ne fait pas d'ingérence ».

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.