Le Phare (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: 6ème edition du Forum social africain

Réunis au Jardin Botanique de Kinshasa du 18 au 20 janvier 2013, les délégués des Sociétés Civiles africaines ont échangé sur l'évolution de la politique de gestion du pouvoir, les ressources naturelles, les droits de l'homme et des populations, les violences sexuelles et l'agriculture dans leurs pays respectifs.

Sous le thème : « L'Afrique des peuples en marche vers un autre monde de justice sociale, d'égalité, de paix et de démocratie », huit axes d'analyse et de réflexion ont été pris en compte.

Il s'agit notamment de participation citoyenne et culture démocratique, ressources naturelles et qualité de vie, santé, droits sociaux et protection sociale, mouvement paysan et souveraineté alimentaire, paix, sécurité et cohabitation pacifique (guerre de la RDC, du Mali, du Soudan, de la RCA, du Tchad, etc).

Certes, les débats étaient houleux et chaque groupe a pu formuler ses revendications. Cependant, chaque pays a apporté un message fort afin d'interpeller la conscience des Africains en général et des membres des Sociétés civiles en particulier.

Seuls les africains peuvent développer le continent

C'était là le message fort de toutes les délégations, tout en insistant, cependant, sur une bonne politique de gouvernance. L'agriculture est au centre du développement de la majorité des pays africains, car les sols du continent sont très riches.

Il faudrait que les Sociétés Civiles accompagnent les gouvernements afin de les aider à mieux gérer les ressources naturelles. Que les recettes de la vente des ressources naturelles soit réservée aux populations africaines. Tel était le message de la Guinée et de la Tanzanie.

Il faut créer une Afrique unie, solidaire, sans frontières...

Les délégations ont fait appel à l'unité continentale, à la solidarité au regard de multiples défis à relever pour le progrès du continent ainsi que l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les notions des frontières et de l'inutilité des visas ont été discutées pour amener les populations africaines à comprendre que les frontières ont été créées par les occidentaux lors de la Conférence de Berlin en 1885 consacrée au partage de l'Afrique. Tel était le message de la Guinée, de la Zambie, de la Tanzanie et du Bénin.

Non à la guerre... qui est l'ennemi de l'Afrique ?

La majorité des pays africains sont en guerre. Des milliers d'Africains sont massacrés sans raison, à cause de la convoitise des richesses dont regorgent certains pays. Les délégations congolaise, burundaise, ivoirienne, malienne ont délivré un message destiné à promouvoir la paix.

Il faudrait noter que tout a commencé le jeudi 17 janvier, en souvenir du 52èmeanniversaire de la disparition de Patrice Emery Lumumba.

Le coup d'envoi était marqué par une grande marche sur les principales artères de Kinshasa. Les Sociétés Civiles africaines sont attendues au mois de mars prochain à Tunis, pour le Forum Social Mondial.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.