Madagascar: Manifestation contre l'insécurité après le viol et le meurtre d'une étudiante

A Madagascar, les étudiants de l'université d'Antananarivo ont effectué une marche silencieuse sur le campus, ce vendredi 25 janvier. Un hommage rendu à Michou, une étudiante en sociologie qui a été retrouvée morte après avoir été violée, le 15 janvier dernier. Des faits qui se sont déroulés en pleine journée dans une partie boisée, à l'écart des facultés. Le ou les auteurs n'ont pas été identifiés. L'enquête de police est toujours en cours.

Plus de 1 500 étudiants habillés en blanc ont effectué la marche, en silence, depuis la faculté de sociologie où Michou effectuait sa troisième année, jusqu'au lieu où son corps a été retrouvé.

Une partie boisée, un peu isolée, qu'il conviendrait de sécuriser, estime Narindja, étudiante en lettres : « Ce serait peut-être envisageable d'envoyer quelques agents de sécurité faire des rondes de temps en temps, histoire de voir ce qui se passe en bas. Il faudrait aussi débroussailler généralement, et pas seulement périodiquement avec une moitié ce mois-ci, une autre le mois suivant. »

Ce drame n'est pas le premier à l'université. Jean Rasoarahona, enseignant, est bien obligé d'admettre que le campus et ses abords sont devenus un peu dangereux. « L'an dernier, quelqu'un a été assassiné la nuit, là où nous sommes passés tout à l'heure. Assez récemment, quelqu'un a été assassiné et on a jeté son cadavre justement dans les environs, rapporte-t-il. C'est quelque chose qui commence à devenir inquiétant pour nous. »

Un nouveau directeur vient d'être élu à l'université. La sécurité sera sans doute l'une de ses priorités.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.