Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: L'INPP va bénéficier de l'appui du fonds égyptien de coopération avec le continent

L'ambassadeur de la République arabe d'Egypte en RDC, Achraf Ibrahim, a informé le Premier ministre congolais, Matata Ponyo, du désir de son pays de fournir des équipements et autres matériels didactiques pour la formation professionnelle.

Cela, à travers le Fonds égyptien de coopération avec l'Afrique. Le chef de l'exécutif congolais l'a mis en contact avec le ministre de l'Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, Modeste Bahati Lukwebo, qui s'est tourné vers l'Institut national de préparation professionnelle (INPP).

Ce qui a justifié hier jeudi 24 janvier, le déplacement de la direction provinciale de l'INPP/Kinshasa du diplomate égyptien. Où il a été fixé sur la mission que l'Etat congolais a confiée à cet établissement public.

Après la visite des ateliers et salles de formation, l'ambassadeur Achraf Ibrahim s'est dit surpris et émerveillé par ce qui se fait à l'INPP.

Il s'est donc rendu compte comment fonctionnent les centres de l'INPP et comment celui de la direction provinciale de Kinshasa est équipé. Il s'agit des équipements modernes utilisés, de la formation de qualité suivie par les formateurs et l'engouement des apprenants parmi lesquels les jeunes filles.

Il a précisé que les équipements en provenance de l'Egypte concernent la métallurgie et la menuiserie. Et que leur acheminement en RDC est fin prêt.

Seulement, il a voulu savoir sur quels sites peut-on les installer. Il a finalement félicité l'INPP pour le travail qu'il est en train d'abattre, tout en soulignant le fait que le Congo est au coeur de l'Egypte.

Pour sa part, le ministre de l'Emploi a d'abord fait remarquer qu'il n'a pas voulu faire un rapport à l'hôte de l'INPP, mais a préféré que celui-ci palpe la réalité. Ce partenariat, a fait valoir Modeste Bahati Lukwebo, vient à point nommé dans la mesure où l'INPP est dans des besoins énormes de divers ordres, notamment en équipements et matériels didactiques pour la formation professionnelle.

« C'est un grand plaisir que l'Egypte soit aux côtés de l'INPP avec cette assistance logistique », a-t-il indiqué. Pour lui, c'est bien parti pour une coopération avec gouvernement égyptien. Et ce serait bien si cet envol prend une vitesse de croisière.

RENDRE L'INPP CAPABLE D'ASSURER DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

De son côté, l'Administrateur directeur général (ADG) de l'INPP, Maurice Tshikuya, a présenté au diplomate égyptien les atouts et faiblesses de l'établissement public qu'il dirige, faisant observer que l'INPP n'est pas un centre de formation, mais une institution publique qui dispose de plusieurs centres de formation.

Il a justifié l'importance de la formation professionnelle dans le contexte congolais. Surtout après les situations de pillages et de guerres qui ont détruit le tissu économique.

C'est ainsi qu'il en a appelé à la conscience politique des autorités du pays pour rendre l'INPP capable d'assurer une coordination de la formation professionnelle. Sans laquelle la croissance économique est une utopie.

Il a remis à l'ambassadeur égyptien un document dans lequel est repris l'état des lieux de l'INPP, surtout les filières que cet établissement public n'organise pas. Par exemple, la réparation des engins lourds, tels que les tracteurs, les camions-remorques, a-t-il avancé.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.