La Tribune (Algiers)

25 Janvier 2013

Afrique: Sommet de l'UA - Les crises africaines au menu

Photo: Henry Mukasa/New Vision
L'Union africaine décide du renforcement des effectifs des forces de la Mission internationale de soutien au Mali

L'intervention militaire engagée contre les islamistes qui contrôlent le nord du Mali, à laquelle doivent se joindre des troupes africaines en cours de déploiement, devrait dominer le Sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine (UA), demain et après-demain à Addis Abeba.

«Il est certain que le Mali sera une préoccupation majeure», a affirmé Alex Vines, chercheur au groupe de réflexion britannique Chatham House, qui souligne la lenteur du déploiement des troupes ouest-africaines censées constituer l'épine dorsale de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma).

Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé en décembre le déploiement de la Misma, chargée d'aider la faible armée malienne à reconquérir la moitié nord du pays, sous contrôle de groupes islamistes depuis avril 2012.

L'UA a admis l'urgence à déployer sur le terrain des troupes qui n'arrivent qu'au compte-gouttes, après que la France a dû intervenir en urgence, mi-janvier, à la demande des autorités maliennes, face à l'avancée des islamistes vers Bamako.

«Le but est de le faire, si je puis dire, pour hier, dès que nous le pouvons», a dit à la presse le commissaire-adjoint à la Paix et la Sécurité, El Ghassim Wane. Plus de 2 300 soldats français sont déjà déployés au Mali et l'armée française est, pour l'heure, le seul contingent étranger engagé au combat aux côtés d'unités de l'armée malienne contre les groupes islamistes.

Selon Paris, des soldats africains, dont un millier sont arrivés à Bamako, ont commencé mercredi à se déployer vers l'intérieur du pays. Addis Abeba accueillera le lendemain du sommet, le 29 janvier, une conférence des donateurs qui devront trouver les 340 millions d'euros destinés à financer non seulement la Misma mais aussi la formation et la restructuration des forces maliennes.

«Nous comptons bien sûr sur la conférence pour faire face à ses responsabilités afin de permettre le déploiement de la Misma et le renforcement des capacités de l'armée malienne», a déclaré M. Wane. Outre les chefs d'Etat africains, devraient également y prendre part des représentants des pays de l'Union européenne et des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le sommet devrait également se pencher sur plusieurs autres conflits ou zones de tension sur le continent La présidente de la Commission de l'UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, élue lors du précédent sommet en juillet, lors d'un scrutin ayant tourné au psychodrame, a notamment évoqué, cette semaine, la «réémergence de conflits dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), en Guinée-Bissau et en République centrafricaine».

Plusieurs conflits en cours

Si les combats ont cessé dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, les pourparlers à Kampala entre gouvernement et rebelles du M23 avancent péniblement et la rébellion continue d'étendre son emprise, ont accusé lundi dernier des ONG locales.

A Bissau, les autorités ont annoncé lundi qu'il serait «impossible» d'organiser les élections générales prévues en mai 2013, pour clore la période de transition ouverte par le coup d'Etat d'avril 2012.

En Centrafrique, le ministère de la Défense a accusé mercredi la rébellion, qui menaçait Bangui en décembre, de continuer les hostilités malgré un accord signé avec le gouvernement en janvier.

Le peu de progrès dans la résolution des différends entre Soudan et Soudan du Sud seront également au programme des discussions. Une rencontre entre leurs présidents respectifs, Omar el-Béchir et Salva Kiir, est prévue vendredi afin de relancer la mise en oeuvre d'accords signés en septembre sur la sécurité, le tracé de la frontière et la reprise de la production pétrolière.

«Ce sont des choses qui nécessitent des compromis au plus haut niveau politique, donc on peut espérer qu'une rencontre entre les deux présidents aidera la médiation de l'UA», a estimé Alex Vines.

Outre les dirigeants des 54 pays membres de l'UA, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, est également attendu pour ce sommet de l'organisation panafricaine qui donnera le coup d'envoi des célébrations du 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), ancêtre de l'UA. Lors du sommet, le président en exercice de l'UA, le chef de l'Etat béninois, Thomas Boni Yayi, devrait passer le flambeau au Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn.

Ads by Google

Copyright © 2013 La Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

L'UA pour plus d'effectifs militaires au Mali

L'Union africaine décide du renforcement des effectifs des forces de la Mission internationale de soutien au Mali

Le Conseil de paix et de sécurité, un organe de l'UA, a décidé d'augmenter les effectifs de la Mission internationale de soutien au Mali. Cette première décision a été ... Read more »