Egypte: La fracture entre le pouvoir et l'opposition ne fait que s'approfondir

Tandis que le torchon continue de brûler entre le gouvernement égyptien et l'opposition, les violences se poursuivent dans plusieurs villes égyptiennes entre manifestants et forces de l'ordre après la condamnation à mort de 21 personnes accusées d'être impliquées dans les violences ayant fait 74 morts l'an dernier après un match à Port-Saïd.

Dans la ville de Suez, théâtre de heurts, les autorités assurent que le canal de Suez n'a pas été la cible d'attaques et que le trafic dans cette voie maritime n'a pas été pertubé.

Sur le front politique on échange les tirs de semonce. Le Conseil national de défense égyptien a tenu une réunion extraordinaire sous la présidence du chef de l'Etat.

Le communiqué final est une mise en garde à l'opposition : soit vous venez dialoguer avec le pouvoir, soit nous adoptons des mesures d'exception comme la loi de l'Etat d'urgence et le couvre feu.

Réponse du Front du salut national (FSN) : soit vous constituez une commission indépendante pour remanier la constitution, soit il y aura escalade des protestations et boycott des législatives.

Sur le terrain, les confrontations sporadiques se poursuivent. Les abords de la place Tahrir, au nord et au sud, sont un champ de bataille où les grenades lacrymogènes, les cocktails Molotov et les pierres pleuvent.

A Alexandrie les Black Bloc ont pris d'assaut un bâtiment officiel sur lequel ils ont étendu une banderole déclarant l'indépendance de la seconde ville d'Egypte.

A Suez, à Ismaïlia et dans le Delta les accrochages se sont poursuivis. Une situation dont la gravité à poussé le président Morsi à annuler une visite prévue en Ethiopie.

Le canal de Suez épargné par l'agitation qui sévit dans la ville

Le canal de Suez n'est pas touché par les troubles qui agitent Suez et Port-Said ont fait savoir les autorités qui gérent ce canal essentiel pour l'Egypte et pour l'économie mondiale.

L'autorité du canal de Suez se veut rassurante quant à la sécurité du trafic dans cette voie maritime longue de 193 km qui relie la mediterranée à la mer rouge. 44 navires l'ont traversé samedi, a-t-il été précisé, en dépit des troubles violents qui agitent les villes situées à ses deux extremités.

Des perturbations de la circulation sur le canal de suez seraient catastrophiques pour l'économie égyptienne qui avec près de 18 000 passages par an en retire 5 milliards de dollars de revenus et dont c'est une source principale de devises.

Par ailleurs, au niveau mondial l'inquiétude des marchés était perceptible ces derniers jours face aux tensions autour du canal de suez par lequel transite une part importante du trafic mondial de pétrole brut.

S'ajoutant aux situations instables en Irak, en Iran, en Libye, au Nigeria et au Venezuela, les analystes n'excluent pas une hausse des cours du pétrole estimant que le risque sur la régularité des approvisionnements est actuellement à un niveau très élevé.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.