La Tribune (Algiers)

28 Janvier 2013

Zambie/Burkina Faso: Le tenant du titre en danger

Photo: CAF
Les zambiens champions d'Afrique en 2012.

Et si les champions d'Afrique en titre sortaient dès la phase de groupes. Une hypothèse qui n'est assurément pas à écarter puisque les poulains d'Hervé Renard devront se mesurer à leurs homologues Burkinabés. Si le point du nul suffira pour les «Etalons», la victoire est impérative pour les Zambiens qui restent sur deux matchs nuls.

«Le succès, rien que le succès» sera le mot d'ordre du jour pour Mayuka et consorts qui ont du mal à retrouver le jeu de la dernière édition où ils avaient, à la surprise générale, arraché le sacre continental. Un exploit qui sera difficile à rééditer, le tournoi risquant fort bien d'être écourté en cas d'échec face au Burkina Faso qui avait étrillé l'Éthiopie lors de la dernière manche (4/0) mettant un terme à une série de 18 matchs sans succès en CAN (la dernière victoire remontait à l'édition de 1998 qu'il a organisé). Un signe fort envoyé aux «Chipolopolos» qui savent très bien que la rencontre de ce soir, à Nelspruit, marquerait soit la fin du règne ou la réécriture d'une nouvelle et belle histoire avec la balle ronde africaine.

Le danger du côté du Burkina pourrait venir de Charles Kaboré (Marseille/France) et Jonathan Pitroïpa (Stade Rennais), les deux incontestables vedettes de la sélection drivée par Paul Put, auxquels il faut ajouter un jeune talent dont l'éclosion était attendue dans cette CAN, le Lorientais Alain Traoré, l'actuel meilleur buteur du tournoi (3 buts), qui reste sur un doublé face à la formation éthiopienne. C'est ce même joueur qui avait offert une qualification sur le fil aux siens lors des éliminatoires face à la Gambie. Il pourrait être à nouveau le sauveur ce soir.

L'autre favori du groupe, le Nigeria, sera opposé, à Rustenburg, à une équipe moins dangereuse que celle de l'ex-Haute-Volta (ancienne appellation du Burkina Faso), mais tout de même joueuse. Il s'agit de l'Éthiopie qui a montré de belles choses en dépit du large revers concédé face aux «Etalons». Les «Antilopes Walya» devront faire sans leurs deux meilleurs joueurs, Adane Girma Gebreyes et Asrat Megersa en l'occurrence, qui seront probablement absents de cette rencontre pour cause de blessures.

Une opportunité que les «Super Eagle», pas en super forme, devront saisir pour s'imposer et composter leur billet en quarts de finale. Sur le papier, les Nigérians sont largement meilleurs que leurs adversaires qui ne comptent dans leurs rangs que des joueurs issus du championnat local. Uche et ses camarades n'ont pas d'autre choix que de s'imposer pour rester sur leur bonne dynamique. En effet, la troupe à Stephen Keshi n'a pas perdu le moindre match en 2012. Une invincibilité qu'ils devront préserver en premier lieu et tenter de décrocher le premier succès du tournoi qui les propulsera au prochain tour.

Ads by Google

Copyright © 2013 La Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.