Aminata.com (Conakry)

Guinée: L'opposition prévoit de manifester à partir de 7 février

Après plusieurs mois de trêve suite à la composition de la CENI, la crise politique persiste encore en République de Guinée. L'opposition guinéenne a annoncé lors d'une conférence de presse ce mardi, son intention de manifester à partir de 7 février.

Selon Aboubacar Sylla, leader de l'Union des forces de changement (UFC), membre de l'ADP et du Collectif, ces manifestations se tiendront sur toute l'étendue du territoire national.

Le porte parole de l'opposition a soutenu avoir fait recours à tous les moyens pour une sortie de crise sans rien obtenir. "Notre seule alternative est d'organiser des manifestations sur des lieux publics.

Nous avons décidé d'organiser des manifestations à partir de 7 février, nous allons organiser des manifestations sur toutes les communes de Conakry et à l'intérieur du pays nos manifestations n'ont jamais un fondement violent.

Nous cherchons à faire des manifestations pacifiques", affirme Aboubacar Sylla, porte parole de l'ADP et du collectif.

Pour Cellou Dalein Diallo de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le gouvernement est resté sourd aux appels de dialogue lancés par l'opposition. "Le pré-affichage est une preuve éloquente du blocage politique en Guinée. Nous sommes demandeurs de dialogue depuis plus un an.

C'est à l'issue des manifestations qu'on a parvenu à avoir une nouvelle CENI, malgré on nous a privé un membre. Le président de la CENI fait tout ce qu'il veut sans consulter les autres commissaires. Tout ça illustre combien de fois notre CENI est malade", révèle l'ancien premier ministre et leader de l'UFDG.

Sidya Touré, patron de l'Union des forces républicaines (UFR) dénonce une volonté du régime du Président Alpha Condé d'organiser des fraudes électorales. L'ancien ministre des finances, Kassory Fofana prévoit l'explosion de la Guinée si des élections frauduleuses sont organisées.

Depuis l'arrivée d'un président civil suite à la présidentielle de 2010, la Guinée peine à organiser des élections législatives censées mettre un terme à la transition.

Opposition et mouvance présidentielle n'arrive pas toujours pas à s'accorder sur l'opérateur technique, chargé de réviser le fichier électoral.

Ads by Google

Copyright © 2013 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.