29 Janvier 2013

Mali: Tombouctou, le goût de la liberté retrouvée

Photo: Emilio Labrador/Flickr
Une rue de Tombouctou

Scènes de liesse au Mali. Le pays n'en avait pas connues depuis longtemps car il reste soumis à l'état d'urgence. A Tombouctou, dans le Nord, des habitants parlaient, lundi 29 janvier 2013, peu après la libération de la ville, d'une « nouvelle indépendance ». Dès ce mardi matin, la population a commencé à reprendre goût à la vie dans la cité aux 333 saints.

C'est sous un soleil de plomb que l'activité reprend tout doucement, la circulation également. C'est avec le sourire que la population, avec l'aide de l'armée malienne, a commencé à effacer les traces des dix mois d'occupation islamiste, notamment en passant un coup de peinture sur les grands panneaux installés partout en ville. Le premier visé, c'est celui de la police islamique au niveau de la place de l'Indépendance.

Dans la foule, un habitant de la ville ne se lasse pas de raconter cette scène : « Ils ont barré une plaque noire où il était écrit "police islamiste" devant le commissariat de la police malienne. Ce matin, l'armée a barré cela et maintenant on attend que l'on y écrive gouvernorat de la sixième région de Tombouctou comme c'était avant. On ne veut même plus voir une de leurs traces dans la ville mystérieuse des 333 saints. Maintenant, le président français devient le 334e saint. »

Calmer les esprits

Ce mardi, une réunion s'est tenue entre le colonel malien, Keba Sangaré, qui a mené l'opération de reconquête de Tombouctou et le Conseil de crise de la ville, conseil créé au lendemain de l'arrivée des islamistes il y a dix mois. Cette réunion a permis de lister tous les problèmes. A cette occasion, le premier vice-président du Comité de crise a remercié les soldats avant de demander à la population de ne pas chercher à se venger.

« Tombouctou libérée, ça représente pour nous quelque chose d'indescriptible car personne ne peut savoir ce que coût dix mois de privation, dix mois d'intolérance, dix mois d'humiliation, explique Diadié Hamadoun Maïga. Notre inquiétude c'était de ne pas voir cette belle victoire réalisée par nos forces armées et leurs alliés français. Nous en appelons maintenant à éviter tout esprit de vengeance ».

Sécuriser la ville

Les priorités des militaires français et maliens c'est de reconnecter la population de Tombouctou au Mali et au monde en réparant les réseaux de téléphone cellulaire. Mais il faut aussi trouver de l'essence pour la centrale électrique. Il ne reste actuellement que 4 000 litres de carburants en réserve, de quoi tenir 24 heures. Enfin, il faut contrôler tous les bâtiments tenus et habités par jihadistes car les craintes sont grandes. Des armes et des explosifs ont été retrouvés notamment à l'aéroport.

« Le premier message que je compte faire passer à la population c'est qu'elle sache que l'armée malienne et l'armée française sont présentes, a déclaré le colonel Keba Sangaré, coordinateur de la région militaire de Tombouctou. Avant l'arrivée des gendarmes, on va essayer de faire la police mais personne ne doit se livrer à des actes de vengeance. Il faut aussi empêcher les enfants de ramasser des objets qu'ils ne connaissent pas, il faut leur dire de ne rien ramasser dans les environs des bâtiments occupés par les jihadistes. »

Premières recommandations à la population dans la mesure où déjà, ce mardi matin, il y a eu des réactions de colère et des pillages. Par exemple, un chauffeur de l'un des leaders d'Aqmi a été agressé dans la matinée par une foule en colère qui a pillé sa maison. Récupéré par les militaires maliens, il est désormais en sécurité. La population, qui a souffert si longtemps, s'attaque aux maisons des islamistes, à certains commerces et récupèrent tout (nourriture-meubles-vêtements). Néanmoins, il y a une envie collective d'aller de l'avant, de s'entraider. Le mot liberté est dans toutes les bouches.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.