Wal Fadjri (Dakar)

29 Janvier 2013

Sénégal: Traque des biens en France - Karim Wade principalement visé

Dans la plainte déposée par l'Etat du Sénégal en France, c'est Karim Wade qui est principalement visé. A cause de ses fonctions élargies.

C'est ce qui transparaît dans la déclaration du pool des avocats de l'Etat du Sénégal qui était en conférence de presse hier à Paris. L'enquête a été ouverte et le pôle financier de la justice française est sur la brèche pour démêler le vrai du faux.

C'est maintenant officiel ! Les avocats de l'Etat du Sénégal ont rendu public hier après-midi lors d'une conférence de presse tenue à Paris, la plainte qu'ils ont déposée au nom de l'Etat contre tous «les agents publics sénégalais acteurs ou complices, contre les complices qui peuvent ne pas être des agents publics sénégalais».

La plainte a été déposée le 27 novembre dernier et l'enquête a été ouverte moins de trois semaines après le dépôt. L'initiative a été prise, souligne Me Simon Ndiaye, par l'Etat du Sénégal. «C'est une première parce que dans les autres cas, ce sont les associations qui portaient plainte».

Selon le coordonnateur du pool des avocats sénégalais, c'est une «dizaine de personnes» sénégalaises qui ont été citées dans la plainte. Mais c'est Karim Wade qui semble être la principale personne visée dans cette enquête. D'ailleurs, le dossier judiciaire porte son nom.

«On peut l'appeler Affaire Karim Wade et autres», répond Me Ndiaye, refusant de donner les noms des autres Sénégalais cités dans la plainte.

Mais il ajoute : «Ce qui emblématique dans le cas de Karim Wade, c'est qu'il symbolise une certaine façon de gouverner pendant une certaine époque, une façon de gérer les biens publics et un certain comportement vis-à-vis du citoyen». Mais Me Simon Ndiaye indique ce qui l'intéresse dans ce dossier, «c'est le travail technique».

«Sur le plan du droit, compte tenu des fonctions qu'il occupait, je pense qu'il n'y a pas de comparaison à d'autres personnes en termes de responsabilités très élargies.

Maintenant c'est l'enquête qui va déterminer si, au final, malgré le nombre de fonctions qu'il occupait à l'époque, il a fait son travail comme il fallait notamment en matière de gestion de biens publics», explique-t-il, précisant que «les affaires en général portent un nom».

De son côté, Me Khaly Niang qualifie Karim Wade dans cette affaire de «cerveau essentiel» à cause de ses nombreuses responsabilités rappelées par Me Simon Ndiaye.

Wade n'a pas été cité dans la plainte

Les avocats du Sénégal ont précisé que le président Wade n'a pas été cité dans la plainte. Mais qu'il reviendra à l'enquête de dire le degré d'implication des uns et des autres dans le cas où il est avéré qu'ils sont trempés dans le détournement de biens publics.

«Son père n'est pas cité. Nous avons une plainte contre certaines personnes nommément citées et conte X. Et les autorités judiciaires ici, en fonction de l'avancement de l'enquête et des immunités que peuvent bénéficier certaines personnes, prendront des décisions à l'égard de ces personnes concernées.

Ce sont les magistrats qui le décideront en fonction des éléments qu'ils ont et des règles de procédure», explique Me Ndiaye.

«Si l'enquête a été ouverte, c'est parce que les éléments que nous avons soumis à la justice française sont sérieux. Sinon elle n'aura pas ouvert cette enquête», explique Me Simon Ndiaye pour montrer qu'ils tiennent le bon bout. La plainte déposée vise les biens qui se trouvent en France.

«Nous avons trouvé des opérations qui sont menées ici en France ou au Sénégal, qui, selon notre analyse, constituent des infractions. Les transactions financières, des contrats signés au nom de l'Etat du Sénégal en violation des règles. C'est essentiellement des infractions financières.

On est là dans le cadre du crime économique», déclare Me Ndiaye qui dit ne pas pouvoir confirmer si la justice française a découvert ou non deux appartements appartenant au président Wade comme cela a été annoncé dans certains médias.

Sur la lenteur de la procédure, Souley Fall, un autre avocat commis dans cette affaire, indique que «la procédure prendra le temps qu'il faudra parce que c'est une procédure complexe qui implique de nombreuses personnes qui étaient conseillers, avisées, et qui utilisent des méthodes sophistiquées».

D'autres zones géographiques sont visées, notamment les pays du Golfe et des paradis fiscaux. Dans ces pays, la stratégie à adopter par les avocats n'a pas été clairement définie.

Selon les cas, ce sera des plaintes qui seront déposées ou des commissions rogatoires internationales qui y seront envoyées. Me Ndiaye a également soutenu le choix de la plainte au détriment des commissions rogatoires internationales parce que la plainte permet à la justice française d'utiliser tout l'arsenal juridique à sa disposition.

«Avec la plainte déposée en France, le dossier devient celui de la justice française. Elle a les moyens de perquisitionner . Elle peut interpeller, demander des ressources nécessaires.

Alors que si c'est une commission rogatoire, ça reste une procédure sénégalaise. Ce qui fait que la justice française doit se conformer à des droits différents et n'a pas les mêmes ressorts», se défend Me Ndiaye.

En tous les cas, il reviendra aux responsables du Pôle financier de la justice française de dénouer le vrai du faux. D'ailleurs les ministres français de la Justice et de l'Intérieur ont renforcé, selon les avocats du Sénégal, «les ressources humaines du Pôle financier pour gérer ce dossier».

Karim Wade n'est pas seulement traqué au Sénégal

Ads by Google

Copyright © 2013 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.