L'Express de Madagascar (Antananarivo)

31 Janvier 2013

Madagascar: Cyclone - Tana et la côte Est menacés

Photo: Florian Lepoigneur
Felleng, devenu cyclone tropical, se dirige vers l’ouest-sud-ouest, à 13 km/h. Et, représente un danger pour Madagascar et l’île sœur notamment. Maurice semble être épargnée du centre pour l’instant, mais le temps devrait se dégrader graduellement.

La crue et la pluie torrentielle apportées par le cyclone Felleng vont affecter des districts, ce jour. Tana et Toamasina seraient les plus touchés.

Le cyclone tropical Felleng devient un cyclone tropical intense. Il est accompagné d'une rafale de vent, atteignant les 206 km/ heure.

Felleng sera à 200 kilomètres de la ville de Toamasina demain (aujourd'hui). La ville du Grand port, la région Atsinanana et du Sud Est font face à un danger imminent.

Mais la capitale ne sera pas non plus épargnée par une pluie incessante, a fait savoir Raymond Randriatahiana, secrétaire exécutif par intérim du bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), hier.

Face à ce danger, le Cercle de réflexion des intervenants en catastrophes (CRIC) a décidé de suspendre les  cours dans les écoles primaires et collèges.

« Les écoles et les bâtiments administratifs dans la région Atsinanana seront fermés, aujourd'hui. Tandis que dans la capitale, seuls les écoles et collèges seront fermés, pour préserver la vie des enfants », a ajouté Raymond Randriatahiana.

Cette menace du cyclone Felleng est déjà ressentie dans quelques districts de la côte Est. « Des sinistrés pourraient survenir cette nuit (hier).

Car la pluie torrentielle n'a pas cessé depuis deux jours. Le niveau de tous les cours d'eau a déjà enregistré une hausse significative.

Aucune rafale de vent n'est pourtant pas encore constatée », a relaté une source auprès du district de Fenoarivo Est, région Analanjirofo.

Dans le district de Sambava, région SAVA, tous les vols d'Air Madagascar ont été annulés, depuis hier après midi, pour respecter l'alerte de danger imminent.

Risque de crue

Tous les responsables sont ainsi mobilisés pour faire face à une éventuelle catastrophe. « Le chef de district, les directeurs des écoles, les médecins et les forces de l'ordre viennent de se réunir pour répondre aux risque engendrés par Felleng », ajoute la source auprès du district de Fenoarivo Est.

Raymond Randriatahiana a ajouté ensuite que deux équipes du BNGRC ont été dépêchées dans la région Atsinanana et Sud Est pour appuyer les équipes locales. « Le principal risque aujourd'hui est la crue », a t-il souligné.

Dans la commune urbaine d'Antananarivo (CUA), le plan d'organisation de secours (ORSEC) sera déclenché aujourd'hui sous l'autorité du Président de la délégation spéciale de la CUA.

Le poste de commandement est basé à la caserne des sapeurs-pompiers à Tsaralalàna pour pouvoir mettre en oeuvre d'une façon rapide et rationnelle les éléments d'intervention d'urgences en cas de besoin.

Trois sections avec 50 sapeurs-pompiers chacune, en relais toutes les 24 heures, forment la compagnie d'intervention dans la capitale sous l'autorité du chef de corps des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna.

Mise à part cette compagnie, une équipe d'inspection est également mise sur pied pour effectuer les reconnaissances d'urgence nécessaires à l'arrivée des sinistrés.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.