Tunisie: Le pays prolonge son état d'urgence

La présidence de la république tunisienne a décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence. Une décision justifiée par une situation sécuritaire toujours instable en Tunisie.

En cause, notamment, l'activité de groupes armés qui menacent des cibles institutionnelles. Depuis une semaine, la sécurité autour des sites pétroliers et gaziers a également été renforcée.

Au moment même où le président Moncef Marzouki reconduisait par décret l'état d'urgence en vigueur depuis la révolution, près de 3 000 policiers manifestaient dans le centre de Tunis pour demander plus de moyens face aux groupes jihadistes armés. Car deux ans après la révolution, la situation sécuritaire en Tunisie est toujours particulièrement instable.

Mercredi 30 janvier, à Kasserine, dans le centre du pays, un agent de la garde nationale était ainsi blessé par balle lors d'un accrochage avec un jihadiste, membre présumé de la katiba Okba Ibn Nafaâ.

Cette brigade, directement liée à al-Qaïda au Maghreb islamique et démantelée début décembre, préparait selon le ministère de l'Intérieur des attaques sur le sol tunisien.

Des cibles institutionnelles sécuritaires étaient notamment visées. Une trentaine de ses membres ont été arrêtés, avec kalachnikovs et explosifs. Les autorités tentent d'en appréhender une trentaine d'autres, toujours en fuite.

Depuis l'intervention française au Mali, la Tunisie craint des retombées sur son territoire, concernant le trafic d'armes venant de Libye, mais aussi le risque d'attentat. Depuis une semaine, des unités de l'armée sont venues renforcer la sécurité autour des sites gaziers et pétroliers tunisiens.

Ces accrochages avec des groupes jihadistes ne sont pas les seules causes de l'insécurité en Tunisie, également provoquée par les émeutes sociales de plus en plus fréquentes contre le chômage.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.