3 Février 2013

Afrique du Sud: Tuerie de Marikana - Une vidéo met à mal la défense de la police

En Afrique du Sud, les travaux de la commission Farlam continuent. Elle est chargée de faire la lumière sur ce qui s'est passé à Marikana le 16 août dernier, où 34 mineurs sont morts sous les balles de la police. Cette semaine, une vidéo diffusée sur une chaîne anglaise a provoqué la controverse, car elle semble mettre à mal les arguments de la police qui affirme avoir agi dans un cas de légitime défense.

La vidéo est courte, et, comme elle vient d'un téléphone portable, de mauvaise qualité. Mais le document est exceptionnel. Si la tuerie de Marikana avait bien été filmée par plusieurs médias, cette vidéo-ci a été tournée par un policier dans un autre lieu, là où étaient tombés la majorité des mineurs, loin de la presse.

On y voit un mineur tué par un policier que l'on entend par la suite se vanter d'avoir « tiré au moins dix balles sur ce connard ». Si la vidéo n'est pas vraiment un scoop - elle a été présentée à la commission en novembre dernier, mais noyée dans le volume des documents examinés alors -, elle soulève des questions dérangeantes sur le rôle de la police dans la tuerie.

Après le massacre, des mineurs avaient accusé la police d'avoir tué leurs collègues de sang froid à cet endroit même. C'est d'ailleurs l'une des questions auxquelles la commission Farlam doit répondre. Au cours de ses audiences publiques, la police est, à plusieurs reprises, apparue sous un mauvais jour. Il a été notamment prouvé que certaines scènes du crime avaient été modifiées sciemment : des armes avaient été déposées après les faits près des corps de certains mineurs afin de renforcer l'impression que la police avait bien agi en légitime défense.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.