30 Janvier 2013

Afrique: L'Angola contribuera au fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en afrique

communiqué de presse

Luanda — Le Président angolais l'a annoncé lors de son entretien avec M. Graziano da Silva

La République d'Angola contribuera au Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique, destiné à stimuler les efforts visant à l'éradication de la faim sur le continent, a annoncé aujourd'hui le Président angolais, M. José Eduardo Dos Santos.

"L'Angola ne peut demeurer étranger à la lutte contre la faim", a déclaré le Président lors de son entretien à Luanda avec M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

"Cette promesse témoigne de l'engagement croissant de l'Angola, et des pays africains dans leur ensemble, à mener les efforts en vue d'éradiquer la faim en Afrique et contribuer à un monde faim-zéro pour tous", a déclaré, pour sa part, M. Graziano da Silva.

Le Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique, encore appelé Fonds fiduciaire pour la sécurité alimentaire en Afrique, est géré et facilité par la FAO. Il a été créé en avril 2012 à Brazzaville lors de la Conférence régionale de la FAO pour l'Afrique. Sa mission: appuyer les activités visant au renforcement de la capacité des gouvernements et des organisations régionales à éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition dans le cadre du Programme détaillé pour le développement de l'agriculture en Afrique (PDDAA).

Outre l'Angola, la Guinée équatoriale a déjà promis 30 millions de dollars au Fonds. D'autres gouvernements africains ont également manifesté leur intérêt et devraient suivre l'exemple de ces deux pays.

Renforcement de la sécurité alimentaire

Au cours de sa première mission en Angola, le Directeur général de la FAO a tenu à féliciter le Président Dos Santos pour les succès remportés par son pays dans la lutte contre la faim. Entre 1990-1992 et 2010-2012, la prévalence de la sous-alimentation au sein de la population angolaise est passée de 64 à 27 pour cent, dépassant ainsi l'Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) consistant à réduire de moitié la proportion des affamés d'ici à 2015.

La FAO appuie l'Angola dans le processus d'éradication de la faim. Elle met en oeuvre actuellement dans ce pays des investissements de l'ordre de 20 millions de dollars en faveur du développement agricole et de la sécurité alimentaire.

Au cours des prochaines années, la FAO concentrera ses efforts en faveur de l'Angola dans trois domaines prioritaires: augmentation de la production et de la productivité des petits exploitants agricoles en vue d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition; renforcement de la gestion durable des ressources naturelles; consolidation de la résilience.

Toujours au cours de sa visite en Angola, M. Graziano da Silva s'entretiendra, tour à tour, avec les Ministres de l'agriculture, des relations extérieures, de la pêche, de l'environnement et du commerce, ainsi qu'avec des représentants du secteur privé, de la société civile et des expatriés.

Ads by Google

Copyright © 2013 Food and Agriculture Organization of the United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.