4 Février 2013

Afrique: Le pays à l'usure

Photo: Sydney Mahlangu/BackpagePix
Komlan Amewou du Togo en confrontation avec Jonathan Pitroipa du Burkina Faso, lors du match de quart de final de la CAN 2013 en Afrique du Sud.

Pour la seconde fois de son histoire le Burkina Faso jouera une demi-finale de Coupe d'Afrique des Nations. Quinze ans après avoir échoué contre l'Egypte (0-2), il tentera de passer le dernier cap avant la finale mercredi 6 janvier à Nelspruit contre le Ghana.

La qualification fut longue à se dessiner car le but décisif, le seul de la rencontre, ne fut marqué qu'à la fin de la première prolongation alors qu'on se persuadait que comme pour Mali - Afrique du Sud, le match se terminerait pas un 0-0 et que l'issue se jouerait aux tirs au but.

C'est sur un coup de pied arrêté que tout s'est joué. A la manoeuvre Charles Kaboré. Il pose son ballon devant le fanion de corner, le dépose au premier poteau sur Jonathan Pitroipa dont la tête accompagne le ballon de la droite vers la gauche pour le ramener dans l'axe du but. Le ballon frappe la base de la transversale mais passe derrière la ligne de but. Une phase de jeu toute simple, un ballon au premier poteau, arme qui a été rarement utilisée jusque-là dans le tournoi te un coup de tête à montrer à tous les aspirants-buteur. Il était temps car ce match fut totalement débridé, un vrai festival de ballons perdus, de passes à l'adversaire.

Le tempo très rapide de la première à la cent-vingtième minute accentuait le sentiment de précipitation et de maladresse. La deuxième prolongation illustre parfaitement ce duel de chevauchées interminables le ballon allant en l'espace de quelques secondes d'une moitié de terrain à une autre. Pourtant à ce moment-là, le Burkina Faso était qualifié ; il n'avait qu'à gérer son avantage à tenir le ballon. Tout se passa comme si les Etalons étaient encore à 0-0.

Dans ce face à face haletant, il n'y eut que trois très sérieuses occasion nettes. La première sur une tête d'Issouf Ouattara, milieu de terrain du Burkina, dont la tête passa au-dessus du but alors qu'avec un peu plus d'application elle avait de bonnes chances de rentrer. La deuxième sur un époustoufflant de Floyd Ayité le long de la ligne de touche depuis ses trente mètres. Il remonte tout le terrain, effaçant deux adversaires au passage, traverse en diagonale le terrain pour se retrouver sur le côté gauche et adresser un centre pour Adebayor qui reprend de l'épaule.

Le ballon va rentrer dans le but burkinabé quand, surgissant de nulle part le latéral gauche, Panandetiguiri dégage sur sa ligne de but. On venait de reprendre le jeu après la mi-temps. La troisième opportunité fut à l'actif d'Adebayor. Le capitaine togolais se livre à un rush dans le camp burkinabé, rentre dans la zone de vérité, dans une position légèrement excentrée mais son tir trouve la cuisse du gardien Diakité pas malheureux de s'en sortit à si bon compte.

Le Burkina Faso a réussi la performance qu'il avait réalisée en 1998 mais il était chez lui. Sa demi-finale s'annonce difficile face au Ghana qui aura un jour de récupération supplémentaire et les prolongations en moins. Les Togolais auraient pu gagner leur quart de finale, un stade de la compétition qu'il n'avait jamais atteint depuis leurs débuts dans une CAN en 1972. Ils sortent la tête haute de la compétition.

Ads by Google

Copyright © 2013 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.