Congo-Kinshasa: Sortir du «cauchemar» grâce au PAM

Le mari de Nabintu a été tué par des hommes armés en juillet dernier. Mère de 5 enfants, Nabintu nous raconte comment elle et ses enfants ont fui leur maison à Shabundu au Sud Kivu pour trouver refuge Kinkungwa au Maniema.

Le mari de Nabintu a été «massacré» par des hommes en armes, en juillet dernier dans la ville de Shabunda, au Sud Kivu. Ils sont arrivés au milieu de la nuit et l'ont tué «sauvagement». Les mots qu'emploient Nabintu témoignent de l'horreur qu'elle a vécue. Elle n'a eu d'autre choix que de s'enfuir avec ses cinq enfants dont le plus âgé a tout juste six ans, et le plus jeune un an. Après plus de 150 kilomètres à pied, elle a trouvé refuge à Kinkungwa, dans le territoire de Pangi au Maniema voisin où, comme elle, 72.500 personnes se sont regroupées après avoir fui Shabunda.

Arrivée à Kinkungwa, le «cauchemar» n'était pas fini. Veuve et sans ressources, Nabintu voit bien que l'état de ses enfants se détériore. «Je les regardais, et je repensais à cette nuit horrible, à mon mari, à tous ces kilomètres parcourus à pied avec eux, à tous mes biens abandonnés derrière moi, dépourvue de tout moyen de subsistance. Quelle horreur! Quel malheur!», raconte-t-elle le visage plein de larmes.

Nourrir ses enfants

Pris en charge dans une unité de nutrition, les enfants de Nabintu ont peu à peu repris des forces et recouvré la santé. «Regarde ma photo ! Regarde combien j'ai souffert ! Et mes cinq enfants ! Sans ce programme j'aurais pu tous les perdre», raconte Nabintu. A son tour, elle a pu bénéficier du programme de «Vivres contre travail» du PAM et a reçu de la nourriture, pour elle et sa famille, en échange de sa participation à une activité de multiplication de semences. La famille d'accueil qui l'héberge lui a donné un bout de terre et désormais elle a les moyens de nourrir un peu mieux ses enfants.

Depuis de longs mois, des dizaines de milliers de civils sont victimes, comme cette famille, de violences, pillages, viols et meurtres commis par plusieurs groupes armés qui sévissent dans le territoire de Shabunda, profitant de l'enclavement de la région. Ces milices profitent aussi du fait que l'attention nationale et internationale se focalise sur la problématique du M23, mouvement de rebelles qui a pris le contrôle du Rutshuru et qui a pu occuper pendant deux semaines Goma, la capitale provinciale.

160 000 déplacés

En tout près de 160.000 personnes se sont déplacées du Nord et du Sud Kivu vers le Maniema, essentiellement dans les territoires de Pangi et Punia, des régions difficiles d'accès et déjà fortement affectée par l'insécurité alimentaire. Le taux de malnutrition aigüe globale dépasse les 10% chez les enfants de 6 à 59 mois et en 2012, le PAM a traité dans la cinquantaine de centre de nutrition près de 6.000 enfants malnutris.

Pour le PAM, transporter de la nourriture jusqu'au Maniema est un défi logistique énorme. Les routes sont en très mauvais états, voire impraticables et le transport par voie fluviale est extrêmement long. En décembre, pour pouvoir répondre rapidement aux besoins de déplacés, le PAM a dû affréter un avion d'une compagnie privée pour effectuer plusieurs rotations, depuis Goma, et transporter 42 tonnes de vivres sur place. D'autres rotations sont prévues.

Ads by Google

Copyright © 2013 United Nations World Food Programme. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.