5 Février 2013

Egypte: Le web, un nouvel outil pour l'opposition?

En Egypte, La Toile continue à vibrer après le séisme provoqué par le spectacle d'un manifestant déshabillé et sauvagement battu par la police aux abords du palais présidentiel.

Si les télés privées continuent à repasser les images plusieurs fois par jour, elles sont disponibles sur internet en permanence. La vidéo a fait le buzz sur la Toile à tel point que l'on peut désormais se demander si internet joue-t-il aujourd'hui le rôle que l'opposition n'arrive pas à jouer à cause de ses hésitations et de ses divisions ?

Le Net serait-il l'insaisissable et vrai « chef » de l'opposition au pouvoir des Frères musulmans ? Exemple : les campagnes les plus féroces contre le couvre-feu décrété par le président Morsi sont du fait d'internet.

Un couvre-feu que personne n'a respecté y compris l'armée sensée l'imposer. On a pu voir sur Youtube un match de foot entre manifestants et militaires. Aujourd'hui, le président Morsi ne peut plus faire un geste ou prononcer une parole sans être tourné en dérision sur le Net. Et quand il s'agit de manifester, on lance l'appel sur Facebook et l'on donne les directives sur Twitter. Les chefs des partis laïcs, même si on les met à la tête de cortèges sont en réalité guidés par les militants. Youtube diffuse enfin les morceaux choisis : quand les manifestants bravent les forces de l'ordre ou quand ils sont battus.

Les brigades du Net

Pour répliquer à cette nouvelle opposition, les Frères musulmans ont aussi investi la toile. Il y a les brigades islamiques du Net. Des milliers de jeunes Frères musulmans qui surveillent en permanence la Toile. Publiez un dessin se moquant des Frères musulmans sur Facebook ou critiquez la confrérie sur Twitter et vous aurez rapidement un internaute surgi de nulle part qui vous attaque. Certains traitent même votre mère « de dame de petite vertu ».

Ces brigades étaient efficaces jusqu'à la fin novembre. Depuis, elles sont dépassées par le tsunami anti-Frères musulman qui déferle sur internet. Mais le problème est la dangerosité du réseau. Des blogueurs se font arrêter et même tuer. En moins de trois mois, trois administrateurs de pages anti-Frères ont été tués par balle dans des manifestations. Le dernier est Mohamad Cristy, tué aux abords du palais présidentiel vendredi.

Du harcèlement sexuel ciblé

Le Net accuse aussi les islamistes d'un nouveau crime : le harcèlement sexuel ciblé. De nombreuses pages accusent les islamistes de procéder, depuis le 25 janvier, à un harcèlement sexuel systématique lors de chaque grande manifestation de l'opposition place Tahrir.

Un harcèlement qui relève plus de la brutale agression puisque la jeune fille est isolée par un groupe bien organisée avant que ses vêtements ne soient lacérés à coup de rasoir et de cutter. Grâce aux campagnes internet le phénomène est en régression. Des commandos anti-harcèlement ont même été créés pour monter la garde.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.