Congo-Kinshasa: Démantèlement d'une filière de narcotrafiquants en provenance du Brésil

En République démocratique du Congo (RDC), une filière brésilienne de narcotrafiquants a été démantelée. Celle-ci était surveillée depuis près de quatre années par Interpol.

Des suspects avaient réussi à passer à travers les mailles du filet à Kinshasa grâce à des complicités dans les services de contrôle à la frontière. Les trafiquants avaient choisi d'opérer à partir d'une ville de province. Une affaire révélée quelques jours avant la visite du secrétaire général d'Interpol à Kinshasa, le 8 février 2013.

Les patrons de ce réseau seraient basés au Brésil. Selon des sources proches de l'enquête, cette filière utilise des personnes qui détiennent des passeports congolais et angolais pour acheminer des drogues fortes en RDC telles que de la kétamine, de l'éphédrine ou de la cocaïne.

Les membres de ce réseau transiteraient par les aéroports de Pointe-Noire et de Maya-Maya au Congo-Brazzaville, ainsi que de Johannesburg en Afrique du Sud.

Dès lors que Kinshasa est apparu comme peu rassurant, l'aéroport de Luano à Lubumbashi a été choisi par des narcotrafiquants pour servir de point de passage.

Très vigilantes, les autorités de la province du Katanga ont renforcé la surveillance. Résultat : sept membres du réseau ont été arrêtés à Lubumbashi, particulièrement des femmes qui, dit-on, cachaient la drogue dans leur intimité et des hommes qui se servaient de leur anus, ou tout simplement avalaient quelques petits colis.

De nombreux responsables des services d'immigration et de renseignements, complices supposés, ont été suspendus. On parle aussi d'autres membres de ces réseaux internationaux qui auraient été arrêtés à Brazzaville.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.