Sidwaya (Ouagadougou)

5 Février 2013

Burkina Faso: Participation de la femme au développement rural - Une plate-forme multifonctionnelle de Gouim

L'Union des femmes de Nandiala dans la province du Boulkiemdé, a organisé une journée culturelle et économique autour de la plateforme multifonctionnelle de Gouim village situé à une quarantaine de kilomètres de Koudougou. C'était le 30 janvier dernier, et la cérémonie était placée sous le parrainage de la coordonnatrice d'ADIS-AMUS, Mme Adjara Sandrin Kientéga.

Pour le développement de la commune de Nandiala, l'Union des femmes de la localité a mené des activités culturelles et économiques (Dassandaga) autour de la plateforme multifonctionnelle de Gouim dont elles sont bénéficiaires. Gouim est un petit village relevant de la commune de Nadiala et les femmes de ce village entendent hisser leur village au sommet du développement. Le mercredi 30 janvier 2013, elles l'ont démontré à travers ce dassandaga, et cela sous le parrainage de la coordinatrice des plateformes multifonctionnelles Mme Adjara Sandrine Kientega. La marraine a précisé que le point de départ de leur collaboration est la plateforme de Gouim. Elle s'est réjouie du fait que l'initiative des femmes s'inscrit dans le cadre de la promotion du développement économique local du Programme national plateforme mis en oeuvre par le consortium ADIS-AMUS. Elle a procédé à la présentation dudit consortium qui est une ONG, née de la volonté de deux associations ADIS (Association pour le développement intégré au Sahel) et AMUS (Association les mains unies du Sahel) de s'unir pour promouvoir le développement socioéconomique de la région du Centre-Ouest. Son siège est à Koudougou et elle a été choisie comme agence locale de réalisation du Programme national plateforme multifonctionnelle pour lutter contre la pauvreté. Elle a ajouté que pour atteindre les objectifs du programme sur le terrain, un bras technique est mis en place par l'ONG, il s'agit de la Cellule d'appui conseil (CAC). La coordonnatrice de CAC- ADIS-AMUS a aussi insisté sur l'importance d'une telle activité qui contribue à rendre plus visible les potentialités de la PTFM. Pour elle, la PTFM est une véritable micro-entreprise rurale qui apporte non seulement un revenu substantiel aux promotrices et allège les tâches quotidiennes des femmes, mais aussi offre une possibilité d'électrification de la localité. Pour terminer ses propos, elle a exhorté ses filleules à plus de solidarité et de travail afin d'améliorer leur condition de vie et cela passe par la bonne gestion de la plate-forme multifonctionnelle.

Quant aux fileuses, elles ont déclaré que l'Union des femmes de Nandiala a vu le jour en 2006, avec 11 groupements de femmes. Aujourd'hui l'union compte 20 groupements tous engagés pour le développement de la commune de Nandiala. Selon leur représentante, Mme Hélène Kabré, leurs activités étaient basées essentiellement sur l'agriculture et l'élevage. Elle reconnaît que grâce au programme plateforme multifonctionnelle et à leur partenaire ADIS-AMUS, les femmes ont bénéficié de 7 entreprises plates formes et leurs activités se sont élargies à la production du beurre de karité, du soumbala, la vente du riz et du dolo, en plus du nettoyage de la commune de Nandiala. Elle a aussi évoqué le renforcement des capacités organisationnelles des membres, l'épanouissement des femmes de Nandiala et la participation au rayonnement de la commune, et tout cela est à mettre à l'actif de la plate forme multifonctionnelle.

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.