Cameroon Tribune (Yaoundé)

6 Février 2013

Cameroun/Tanzanie: La débandade chez les Lions Indomptables

Photo: Lefty Shivambu/Gallo Images-Stanbic
(Photo d'archives) - Le Cameroun retrouvera t-il la qualité d'un tel groupe face à la crise que traverse sa sélection nationale

Les défections en série autour du matche Cameroun- Tanzanie suscitent des interrogations. Pour ne pas dire plus.

Le match amical du mercredi 6 février 2013 entre les Lions indomptables du Cameroun et l'équipe nationale de Tanzanie est peut-être le point de départ d'un nouveau feuilleton. C'est en tout cas l'impression que dégage le communiqué de presse publié mardi soir par le Secrétaire général de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Au nom de la fédération, Tombi à Roko Sidiki informe officiellement l'opinion que 11 des 21 joueurs convoqués pour la rencontre n'ont pas répondu à l'appel. Le communiqué déroule ensuite au cas par cas, les raisons évoquées par les uns, les silences des autres, ainsi que les démarches entreprises pour faire venir ces joueurs. Bref, on comprend mieux pourquoi sept joueurs locaux ont finalement été appelés à la dernière minute pour combler le vide.

Dans la démarche, la Fécafoot donne le sentiment de vouloir prendre l'opinion à témoin de ce qui ressemble à une désaffection pure et simple. Résultat, c'est bien moins qu'une équipe B qui a évolué mercredi 6 février 2013 à Dar-es-Salam. On en reparlera certainement. La coïncidence de ces 11 défections est en tout cas dramatique pour l'entraîneur national, qui espérait roder son équipe dans la perspective de la rentrée prochaine des éliminatoires de la coupe du monde 2014. A la place, Jean-Paul Akono doit se contenter de donner leur chance à de nouveaux joueurs. Ce qui n'est pas forcément plus mal. La lecture du communiqué de la Fécafoot suscite tout de même un certain nombre de constats.

De manière générale, on peut classer les motifs en trois catégories. En commençant par la cascade de « malades ». Le gardien de buts Joslain Mayebi (blessé sans précision), Joël Matip (troubles digestifs), Landry Nguemo (certificat médical avec arrêt de travail de 15 jours), Alexandre Song (indisponible, radios du genou fourni en guise de justificatifs), Samuel Eto'o (blessure). Deuxième catégorie : celle des « silencieux ». Le chef de file, Jean Armel Kana Biyik n'a purement et simplement pas réagi à sa convocation, d'après la Fécafoot. Jean II Makoun a évoqué un problème de santé mais promis d'informer sur l'évolution de son état de santé. Et après, plus aucun signe de vie. Même résultat pour Nicolas Nkoulou. Pour le défenseur de l'Olympique de Marseille, tout est parti d'un problème de billet d'avion émis pour une mauvaise date par la partie tanzanienne. Un second billet aurait été acheté et envoyé par mail au joueur. Mais au final, il sera absent lui aussi. La Fécafoot indique qu'il n'a pas décroché son téléphone. Nkoulou n'aurait jamais reçu le billet, selon son club. Et puis, il y a la catégorie des problèmes de communication. Le billet d'avion du gardien Charles Itanje envoyé à l'adresse de son ancien club ou Achille Emana qui se trompe de terminal d'embarquement à l'aéroport d'Amsterdam et qui décide finalement de laisser tomber. Motif : « itinéraire trop long ».

Tout cela fait un peu désordre. Entre les billets d'avion tantôt émis par le partenaire tanzanien, tantôt achetés par la Fécafoot, on se perd. Quant aux explications données pour justifier ces onze absences, elles se passent de commentaires. Bien sûr, la tentation est grande de penser à des « motifs diplomatiques », mais nous ne verserons pas dans le soupçon systématique. Le constat est pourtant là : au-delà des raisons médicales ou techniques, la communication n'est pas excellente entre les joueurs et l'administration. On sent même comme une absence de motivation. Là, c'était un match amical. Cameroun-Togo éliminatoire de la Coupe du monde, c'est le 23 mars. Il y a de quoi être inquiet.

Ads by Google

Copyright © 2013 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.