Le Potentiel (Kinshasa)

8 Février 2013

Congo-Kinshasa: Yoweri Museveni encourage Kinshasa et le M23 à « continuer » leurs pourparlers

Photo: Siegfried Modola/IRIN
Des soldats de l’armée congolaise

Le président Yoweri Kaguta Museveni, qui avait reçu le 24 janvier à Kampala la délégation du M23 aux pourparlers avec Kinshasa à laquelle il avait demandé de « continuer avec tous les points inscrits à l'ordre du jour », s'est entretenu jeudi 7 février avec celle du gouvernement de la RD Congo accompagné du facilitateur et ministre ougandais de la Défense Crispus Kiyonga au « State House » d'Entebbe, 24 heures après l'adoption unanime du rapport relatif à l'évaluation de l'Accord de paix signé le 23 mars 2009 à Goma (Nord-Kivu).

« Un accord est possible » entre le M23 et le gouvernement de la RDC, a-t-il fait savoir dans un communiqué de son cabinet, après l'audience accordée aux rebelles congolais. « Dites que j'ai reçu le ministre congolais des Affaires étrangères », a-t-il dit jeudi aux trois journalistes présents dans son bureau lors de l'entretien avec la délégation gouvernementale conduite par le ministre des Affaires étrangères Raymond Tshibanda, duquel rien n'a filtré.

« Nous respectons les normes de la diplomatie où tout n'est pas à révéler », a expliqué la délégation gouvernementale. « On ne commente pas la réception du Chef ! », a répondu à la presse le ministre ougandais de la Défense à qui la délégation de Kinshasa avait laissé la liberté de faire « la synthèse des discussions avec le M23 » pour « établir des conclusions ».

D'un côté, le M23 considérait que ses revendications « n'ont pas été entendues » et menaçait de « reprendre Goma, Bukavu et partout ailleurs ».

De l'autre, la délégation gouvernementales affirmait avoir « réalisé 75% des points de l'Accord de Goma » et « respecté les consignes données par les chefs d'Etat de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs) ». Dans leur entendement, « les rebelles ont présenté leurs revendications, leur cahier des charges. Le gouvernement a répliqué. Partant de là, le facilitateur va prendre le point de vue des rebelles comparé au point de vue du gouvernement pour en tirer les conclusions. C'est au médiateur ougandais de faire la synthèse ».

« Continuer » les pourparlers

« Apres la rencontre du ministre congolais des Affaires étrangères avec le président ougandais, il est clair que prochainement les deux autres rapports seront adoptés afin de signer l'Accord de Kampala et préparer le mécanisme de mise en oeuvre de suivi de ce que ce dialogue produira », croit-on savoir à Goma (Nord-Kivu).

S'agissant du rapport sur l'évaluation de l'Accord de paix signé le 23 mars 2009 entre Kinshasa et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), le facilitateur ougandais Crispus Kiyonga a regroupé les dispositions de l'Accord en trois catégories, portant respectivement sur les « dispositions pleinement mises en oeuvre ; dispositions partiellement mises en oeuvre ; dispositions qui n'ont pas été bien traitées ».

Les délégués de Kinshasa et du M23 se sont accordés que « le gouvernement a réalisé totalement 15 points sur 35 » de l'Accord de Goma, « partiellement 8 » et n'a «jamais réalisé 12 points ».

Parmi les points réalisés, Cripsus Kiyonga a cité l'intégration des ex-militaires du CNDP au sein des FARDC, la mutation de ce mouvement politico-militaire en parti politique et la création par le gouvernement des comités locaux permanents de conciliation. Parmi les points non réalisés, il a épinglé la non création de la police de proximité et le non retour des réfugiés dans leur terre d'origine.

Au regard de cette situation, Cripsus Kiyonga a recommandé la mise en place d'un mécanisme de suivi et d'évaluation. Elles vont poursuivre leurs pourparlers par l'examen des autres questions inscrites aux points II et III de l'ordre du jour adopté le 16 janvier, après l'adoption du Règlement intérieur le 21 décembre 2012.

Le point II traite des questions sécuritaires en rapport avec la libre circulation des personnes et des biens, le fonctionnement des services de sécurité, la restitution, des biens publics et privés pillés par le M23 et la réparation des dommages du fait de la guerre.

Le point III porte sur les questions sociales, politiques et économiques. « Il s'est focalisé sur la violation de la Constitution, les droits de l'homme, la loi sur la nationalité, le développement économique en RDC, la libération des détenus du CNDP de Laurent Nkunda, l'Amnistie générale et le scrutin du 28 novembre 2011 », rapporte le journaliste Magloire Paluku sur le site internet du gouvernorat du Nord-Kivu.

Sassou pour « un règlement qui préserve la paix et la sécurité »

« Il est bon, comme cela se fait actuellement, de s'appuyer sur la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs pour promouvoir un règlement qui préserve la paix et la sécurité dans la région ainsi que la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République démocratique du Congo. Parmi les désirs communs, (il y a) celui de voir ces situations et épreuves inacceptables être définitivement enraillées », a déclaré à Brazzaville le président de la République du Congo Denis Sassou Nguesso, au cours de la cérémonie d'échange des voeux de Nouvel An avec les ambassadeurs accrédités dans son pays.

Il devrait, cette année, accéder à la présidence tournante de la CIRGL, en remplacement de l'Ougandais Yoweri Museveni, dont le pays abrite depuis le 9 décembre les pourparlers entre le gouvernement de la RDC et les rebelles du M23.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Kinshasa rejette en bloc les demandes du M23

Des soldats de l’armée congolaise

Dans un document de quatorze pages remis au facilitateur ougandais, Crispus Kayonga, la délégation gouvernementale aux pourparlers de Kampala a qualifié plusieurs demandes des ... Read more »