Zimbabwe: Le projet de la nouvelle constitution ne fait pas l'unanimité

Photo: SW Radio
Le Premier ministre et sa femme votant pour la nouvelle constitution.

Le Zimbabwe continue de chercher 250 millions de dollars pour organiser un référendum sur une nouvelle Constitution et la tenue d'élections démocratiques pendant le deuxième trimestre 2013.

Récemment, les deux principaux partis, la Zanu-PF du président Mugabe et le MDC, le parti d'opposition de Morgan Tsvangirai, se sont finalement mis d'accord sur un texte. Mercredi 6 février, la Chambre basse du Parlement a approuvé le projet, qui doit encore passer devant le Sénat. Mais le projet pose-t-il de bonnes bases pour établir une démocratie stable au Zimbabwe ? Juristes et observateurs s'opposent sur cette question.

Des mois et des mois de négociations. Priscilla Misihairabwi-Mushonga est fatiguée, mais la ministre zimbabwéenne de l'Intégration régionale est heureuse car son parti, le Mouvement pour un changement démocratique (MDC), s'est enfin mis d'accord avec celui de Robert Mugabe sur le projet d'une nouvelle Constitution.

« Pour la première fois, le peuple zimbabwéen a pu débattre ouvertement sur ce texte et ce processus politique, explique-t-elle. Alors on peut s'interroger sur le niveau de participation. Mais le fait est que le débat sur ces questions a lieu de manière ouverte et transparente au Zimbabwe. Après, c'est sûr que l'atmosphère doit encore changer pour que des élections libres et démocratiques aient lieu au Zimbabwe. »

Lovemore Mabhukhu, professeur de droit à l'université d'Harare, appelle lui à voter « non » au référendum qui aura lieu sur ce projet de Constitution. « Ce texte pose les mêmes problèmes que nous avons avec la Constitution actuelle, estime-t-il. Par exemple, le président garde presque tous ses pouvoirs, qui lui permettent de ne pas écouter les gens ! »

Pour Nicole Fritz, directrice du centre de soutien juridique en Afrique australe, ce projet de Constitution est encore trop conservateur. « Il y a une interdiction concernant le mariage, relate-t-elle. Deux personnes du même sexe ne peuvent pas se marier. Et puis la peine de mort a été conservée, même si désormais les femmes en sont exemptées et ne peuvent pas être condamnées à mort. »

Le ministre des Finances Tendai Biti et le ministre de la Justice ont assuré ce vendredi avoir écrit au Programme des Nations unies pour le développement en demandant des fonds. Si le gouvernement parvient à mobiliser les fonds nécessaires, le référendum sur ce projet de Constitution pourrait avoir lieu dès le mois de mars.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Nouvelle constitution pour le Zimbabwe

Le Premier ministre et sa femme votant pour la nouvelle constitution.

Les résultats définitifs du référendum constitutionnel ont été publiés ce mardi. Le oui l'a emporté avec une majorité presque absolue. En effet 94,5% des voix étaient ... Read more »