Le Potentiel (Kinshasa)

8 Février 2013

Afrique du Sud: Mende dévoile les noms de « 19 conspirateurs » congolais arrêtés en Afrique du Sud

Le ministre des Médias Lambert Mende Omalanga et porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a dévoilé vendredi 8 février à Kinshasa les noms de « 19 conspirateurs » congolais arrêtés en Afrique du Sud et inculpés jeudi de « tentative de coup d'Etat visant à renverser le gouvernement de la RDC » par un tribunal régional de Pretoria.

« A partir de novembre 2012, nos services et ceux de Pretoria ont commencé à échanger des informations sur ce groupe avant que 19 d'entre eux ne soient appréhendés en possession de 5.000 fusils AK-47, 50 roquettes TKM, des missiles sol-air, 50 valiser satellitaires et 1.000 grenades offensives. De quoi équiper toute une brigade », a-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse en son cabinet.

Il a estimé que « la justice sud-africaine, en jugeant sur son sol les 19 conspirateurs congolais, n'a fait qu'appliquer une loi du pays sur l'assistance militaire étrangère qui interdit les activités de mercenaires non autorisées et permet de les juger en Afrique du Sud ». Ainsi, a-t-il souligné, « il ne s'agit pas d'une machination ourdie de Kinshasa comme l'a prétendu quelqu'un (non autrement identifié) ».

Les « 19 conspirateurs » sont James Kazongo (Américain d'origine congolaise), Lundula Masikini, Kilele Mukuti, Kabuka Lugaba Adrian Kilele, Amuli Safari, Kakesa Muyombo, John Malako, Jean-Paul Kayembe Tambue, Joe Ngesi, Simon Mbuyi Mukuna, Felli Basyla, James Jacob Mapima, David Muyembe Bakajika, Alan Yoka Maniema, Tenda Nelka, Musasa Tshibangu, Jean-Pierre Lerulwabo, Apounaire Ilonga Manya Mahele et Erice Mubuto.

« Il ressort des minutes de la procédure que ces 19 conspirateurs appartiennent à un groupe appelé l'Union des nationalistes pour le renouveau (UNR) dont l'objectif est subversif. La police sud-africaine était informée depuis novembre 2012 des préparatifs d'actes de subversion et de terrorisme par ce groupe (qui) promettait des concessions minières en échange des soutiens qu'il sollicitait. L'enquête menée à ce sujet a permis de réunir des preuves vidéo, audio ainsi que des documents et photos où l'on peut voir certains conspirateurs poser avec des fusils AK-47 », a encore révélé le ministre Lambert Mende.

Il a aussi indiqué que « dans ce groupe, se trouve un certain Etienne Kabila, devenu célèbre pour ses activités anti-Kabila, le même qui déjà à Sun City à al faveur du Dialogue intercongolais en 2002, s'évertuait à convaincre que le président Joseph Kabila Kabange n'était pas le fils de son père Mzee Laurent Désiré Kabila ».

Onze ex-FAZ appréhendés en Angola

Le porte-parole du gouvernement congolais a également annoncé l'arrestation en Angola de onze militaires ex-FAZ (Forces armées zaïroises) dans le cadre du Conseil national congolais.

« En majorité des ex-FAZ dans le cadre du fameux traité de Nice, où ces proches de M. Tshisekedi (Mpuila) ont promis d'aliéner des pans du territoire congolais en é change de moyens pour changer l'ordre constitutionnel en RD Congo », a déclaré Lambert Mende.

Pour ces deux affaires, le gouvernement congolais a remercié « solennellement la République d'Afrique du Sud et la République d'Angola pour leur contribution exemplaire à la répression de la criminalité transfrontalière qui risquait de transformer la région de la SADC en un nouveau foyer de guerre et d'instabilité en Afrique ».

« Notre reconnaissance s'adresse particulièrement à leurs Excellences Messieurs les présidents Jacob Zuma d'Afrique du Sud et Edouardo Dos Santos d'Angola ainsi qu'à leurs gouvernements respectifs », a précisé le ministre congolais des Médias.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.