10 Février 2013

Mali: Gao, théâtre d'affrontements entre soldats maliens et jihadistes

Photo: Brahima Ouedraogo/IRIN
Soldats du groupe islamiste MUJAO.

Des combats de rues entre soldats maliens et islamistes ont éclaté dimanche 10 février à Gao. Des affrontements qui font suite à un second attentat-suicide en deux jours dans la plus grande ville du nord du Mali. La nouvelle a rapidement fait le tour de la ville où des jihadistes se sont infiltrés ce dimanche.

Au moins onze présumés combattants du Mujao ont été arrêtés. D'autres ont été signalés à l'intérieur du commissariat de l'ex-police islamique, situé non loin du marché de la ville.

On a tiré de l'intérieur du bâtiment vers l'extérieur, et l'armée malienne a répliqué. Ces échanges de tirs à l'arme lourde et automatique ont duré au moins une heure, selon nos informations. Les murs des bâtiments tremblaient. Les boutiques ont rapidement fermé, le marché s'est vidé. Sur la place de l'Indépendance, un renfort de l'armée malienne a pris position : deux pick-up, des hommes et des armes au sud-est du commissariat de police.

Peu d'informations précises filtrent dimanche sur ces évènements, les communications téléphoniques sont en effet redevenues très difficiles en direction de Gao. Les tirs ont finalement baissé d'intensité. Aucun bilan des affrontements n'est disponible pour le moment.

Les troupes françaises n'ont pas participé aux combats.

Dimanche matin, des habitants ont confirmé que le climat étaient très tendu en ville, où le Mujao a su tisser de fortes complicités avec certaines personnes. La suspicion est grande.

Les militaires maliens et nigériens, qui ont entrepris des patrouilles mixtes dans la ville, ne cachent pas leur inquiétude depuis le second attentat-suicide, hier soir. Un kamikaze s'est fait exploser, non loin du poste de contrôle de l'entrée nord de Gao. Le kamikaze a été tué, mais n'a semble-t-il fait aucune victime.

Les islamistes optent pour la guérilla et les attentats-suicides

Selon le témoignage d'un habitant de Gao, des islamistes seraient arrivés par pirogue sur le fleuve. Ils auraient rejoint le poste de contrôle au nord de la ville, où ils auraient visé les militaires maliens. C'est à ce moment là que l'un d'eux se serait fait exploser.

Conséquence de ce nouvel acte terroriste, les mesures de sécurité ont été renforcées aux quatre entrées principales de Gao. La route qui monte vers le nord en direction de Bourem et de Kidal a été fermée.

Par ailleurs, des militaires français sont venus en renforts des militaires maliens pour assurer la sécurisation de ce secteur. Selon un militaire français, plusieurs mines anti personnelles ont été découvertes aux alentours de Gao. Des mines que les militaires français devaient faire exploser sous contrôle pour les rendre inoffensives. Loin de renoncer devant la poussée militaire française, les islamistes ont bel et bien changé de stratégie et opté pour la guérilla et les attentats-suicide.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Gao, au Nord du Mali s'embrase

Soldats du groupe islamiste MUJAO.

La vie n'était pas de tout repos ce week-end à Gao, la plus grande ville du nord du Mali, où l'armée et les islamistes se sont affrontés dans les rues après deux ... Read more »