L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Le personnel médical mis à l'index

Les défaillances des médecins et paramédicaux ont été mises à nu lors de deux cérémonies différentes, hier. Motivation et dotation de moyens seraient la solution.

Les sages-femmes et les médecins étaient au coeur des critiques, hier. Le rapport d'activité effectué par l'ONG Johns Hopkins Piego, spécialisé dans le domaine de la santé maternelle a pointé du doigt le manque de compétence des médecins et des sages-femmes dans les centres de santé. C'était lors du 40ème anniversaire de l'existence de cet ONG à Ivandry. À quelques kilomètres de là, dans le local du ministère de la Santé publique à Ambohidahy, Andriamira Randrianantoandro, chef de service de la lutte contre la lèpre a pendant la présentation des activités, lors de la journée mondiale de la lèpre dans la Grande île, hier accusé la paresse de certains médecins, à faire dépister cette maladie.

« C'est tragique car bien que plusieurs centres de santé possèdent généralement du sulfate de magnésium (produit pour soigner d'urgence les femmes et les nouveaux-nés, confrontés à des complications), peu de prestataires de santé qualifiés savent l'utiliser... Ce n'est pas étonnant que lors des pré-tests pour évaluer la capacité des participants à traiter l'hypertension artérielle et les convulsions, ils ont obtenu une très mauvaise note », a fait savoir le rapport d'activité de l'ONG américaine. La santé maternelle n'est pas la seule à être affectée. « Le nombre de personnes dépistées de la lèpre a diminué de 1452 en 2012 contre 1563 en 2011. Le nombre de soignées est également en baisse, 1685 en 2012 contre 1755 en 2011. Le personnel du ministère de la Santé publique n'a pas effectué en totalité son travail, causant cette baisse », s'insurge Andriamira Randrianantoandro.

Méthodes à suivre

Les méthodes à suivre pour réduire le taux de mortalité maternelle et infantile dans les centres de santé et pour maintenir la phase

d'élimination de la lèpre et de ses complications, s'avèrent pourtant faciles à appliquer. « La compression de l'aorte qui consiste à presser fermement l'abdomen de la femme, au niveau de l'aorte abdominale, pour contrôler le saignement est une technique très simple. Mais plusieurs prestataires de santé à Madagascar ne sont pas familiers avec la pratique du secourisme et du sauvetage », accuse toujours le rapport de l'ONG Johns Hopkins Piego.

À entendre le chef de service de la lutte contre la lèpre, il suffit de faire une consultation externe, une observation des teches sur le visage, pour dépister la lèpre. « Après le dépistage, il suffit de traiter la maladie pour que les patients ne soient pas victimes d'un handicap . Mais je ne sais pas pourquoi les médecins et les paramédicaux ne font pas cette consultation », se plaint-il. Pour tempérer ces critiques, Jean Pierre Rakotovao, premier responsable de l'ONG Johns Hopkins Piego, a souligné que la qualité de service de santé, dépend de la motivation et des moyens mis à la disposition du personnel.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.