Libération (Casablanca)

Maroc: Moody's abaisse la note du Maroc

La notation de l'agence américaine contraindra le Royaume à s'endetter à des taux plus élevés

Moins d'une semaine après leur annonce, les données préliminaires de l'économie nationale ont produit leurs premiers résultats négatifs. En raison, entre autres, de l'augmentation du déficit public du pays, l'agence de notation américaine Moody's a abaissé mardi la note souveraine du Maroc, de «stable» à «négative». Désormais, le Royaume est noté «Ba1», en catégorie spéculative, par Moody's. Les experts de l'agence ont justifié leur décision par «la détérioration significative des données fiscales du gouvernement, comme le reflète l'augmentation du déficit budgétaire ». Pour prendre sa décision, Moody's s'est également appuyé sur le fait que le déficit de la balance des paiements s'est rapproché de 10% du PIB «et restera probablement à un niveau élevé en 2013». Ce faisant, Moody's n'a fait que mettre en lumière la coexistence d'un déficit budgétaire et d'un déficit de la balance des paiements annonciateurs d'une perte de résilience de l'économie marocaine. Le ratio de l'endettement public a, en effet, atteint à fin 2012 58% du PIB. Il est à signaler que l'agence d'évaluation conditionne son retour à une perspective stable pour le Royaume par la mise en application des mesures nécessaires pour mettre fin à la «détérioration des finances publiques».

Dans l'attente, le Maroc dont une sortie à l'international est fortement probable avant fin 2013, empruntera désormais à des conditions moins avantageuses qu'auparavant.

Rappelons dans ce sens que depuis l'investiture de l'actuel Exécutif, l'Etat a commencé à s'endetter à un rythme inouï, et de plus en plus cher. Pour le compte de l'année 2012, il a battu tous les records en termes de recours à l'endettement, et pour 2013, il ne semble avoir d'autre alternative pour équilibrer ses comptes. Idem pour la dette intérieure. Début 2013, le recours à cette dernière s'est poursuivi avec un rythme de plus en plus rapide, provoquant une montée des taux d'intérêt et des conséquences négatives pour l'investissement privé.

A rappeler que cet abaissement de la notation du Royaume intervient moins d'une semaine après l'obtention par le Maroc du prix du «Meilleur deal de l'année 2012» décerné par le magazine financier «Euromoney» comme récompense pour la réussite de l'émission obligataire lancée par le Maroc sur le marché financier international en décembre dernier.

Ads by Google

Copyright © 2013 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.