Le Soleil (Dakar)

Sénégal: 26e concours de poésie de l'ambassade du Japon

Les belles lettres étaient à la fête, hier, à la résidence de l'ambassadeur du Japon au Sénégal à l'occasion de la remise des prix du 26e concours de haïku. L'école Mariama Bâ de Gorée s'est illustrée dans ce subtil et plaisant exercice de poésie avec un Premier prix revenu à l'élève Aminata Niang. 1.102 candidats d'une dizaine de nationalités et de différents continents ont proposé des poèmes dans cette édition.

La beauté de la poésie et particulièrement celle du haïku japonais a été sublimée hier dans la résidence de l'ambassadeur du Japon avec les notes mélodieuses de la guitare de Raphael Ndiaye. La remise des prix de la 26e édition du concours de haïku qui a consacré Aminata Niang, jeune élève de la classe de 3e à l'école Mariama Bâ, aura été une agréable séance d'expression des belles lettres. Le 2e prix est revenu à Mme Fatimata Ibrahim Sall (professeur de français à la retraite, déjà 5 fois lauréate de ce concours.

Le 3e prix est gagné par Cheikh Ahmadou Bamba Mbodj, étudiant en 2e année de Lettres modernes à l'Ucad. L'école Mariama Bâ s'adjuge un prix d'encouragement avec l'élève Woré Djité en classe de 4e. Il y a eu cette année un prix spécial wolof qui est revenu à Samba Bâ, surveillant général au lycée de Dahra, et un prix spécial participation étrangère attribué à Michèle Chrétien du Canada.

Les candidats ont reçu leur prix des mains de l'ambassadeur du Japon. Les partenaires ont été bien présents avec des récompenses sous forme de séjour dans les hôtels King Fadh Palace, Radisson Blu et Pullman Téranga. Le Premier prix Aminata Niang a reçu un billet Dakar-Paris-Dakar offert par Air France. 1.102 candidats ont participé à ce concours dont 20 Haïku en wolof. Les poèmes ont été envoyés par des candidats du Sénégal, mais également de plusieurs pays, la Belgique, le Canada, la France, la Guinée Bissau, la République dominicaine, la Pologne, la Roumanie, la Suisse et Trinidad. La preuve est faite qu'il y a un véritable engouement pour ce genre littéraire.

Le partage d'une sensibilité humaine

Il peut décrire une certaine harmonie entre l'homme et la nature, mais son expression embrasse de vastes espaces qui ne sont pas forcément beaux. Ils peuvent surtout être dits à travers la plus belle des écritures. Et l'on se prend à écouter la « musique » des mots : « Mouillant ses rochers, l'océan berce Gorée/ Feuilles par terre », ce haïku qui vaut son prix à la jeune Aminata Niang est surprenant par les images qu'il évoque. L'ambassadeur Hiroshi Fukuda, dans son allocution, parle justement de la subtilité de ce poème traditionnel japonais, réputé le plus court au monde et qui permet de communiquer notre vision de la vie.

Il explique cette caractéristique du haïku qui « prend fugitivement un moment d'une scène qu'on voit et le décrit en 17 syllabes, sans exprimer directement un sentiment personnel, mais en laissant ressentir une sensibilité et en la faisant partager... ». Observant le rapide développement du haïku au Sénégal, comme un témoignage du renforcement des liens culturels avec le Japon, l'ambassadeur Hiroshi Fukuda est convaincu que le peuple sénégalais partage cette sensibilité humaine que l'on trouve dans le haïku. Il souligne, d'ailleurs, la similitude entre les deux modes d'expressions que sont le haïku et le « Taasu » sénégalais. Ce dernier utilise la parole et le rythme des vers pour exprimer des sentiments. Une pensée a été portée vers Jacqueline Lemoine.

L'ambassadeur Fukuda a tenu à rendre hommage à cette grande dame qui disait les poèmes avec une passion communicative. Le premier Concours de haïku au Sénégal a été organisé par l'ambassade du japon en 1979 ; il a donc plus de trente ans dans notre pays.

Le concours a fait une impasse sur les deux années passées, en 2011 à cause du grand séisme qui a frappé le Japon et en 2012 du fait de la situation politique difficile liée à l'élection présidentielle. La reprise, cette année, prouve que l'intérêt est resté intact pour ce bel exercice de création littéraire. Autant le dire, le jury présidé par le Pr Madior Diouf a eu du pain sur la planche pour sélectionner les meilleurs poèmes. Ce jury était composé du Pr Amadou Ly et Adama Sow Diéye de l'Ucad et M. Samba Tall, président de l'Association sénégalo-nippone (Aseni).

Donnant les impressions du jury devant l'auditoire, le Pr A. Ly a souligné le moment important du calendrier culturel que constitue ce concours de haïku. Il a décrit les images du haïku du lauréat du concours : l'évocation de Gorée, de la mer, les vagues, le ressac, le temps qui passe et ces « feuilles par terre », référence discrète, au-delà de l'image, d'une saison automnale, à l'histoire particulière et symboliquement tragique de cet ilôt ».

Le Pr Ly a estimé que le prix spécial du haïku en wolof est surtout un encouragement à un investissement laborieux pour répondre à l'exigence littéraire, mais il ouvre surtout la perspective à davantage de participation de candidats utilisant les langues nationales. Tomajuki Ono (un diplomate) au violon et la pianiste Izumi Hirotani ont clôturé la cérémonie de remise des prix par concert de musique avec quelques morceaux classiques choisis.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.