Le Soleil (Dakar)

14 Février 2013

Afrique: MGR Francis Arinze parmi les favoris à la succession de Benoît XVI

Le cardinal du Nigéria, Mgr Francis Arinze, candidat à la succession de Benoît XVI, ferait partie des favoris au poste de chef de l'Eglise catholique. Son élection ferait de lui le premier Pape noir. Rappelons que l'Afrique et l'Amérique latine ont le plus grand nombre de catholiques au monde.

La démission du Benoît XVI sera peut-être l'occasion pour les catholiques d'avoir un pape africain. À moins qu'un Italien ne rafle la mise. En attendant que les cardinaux se réunissent pour élire le successeur de Benoît XVI, les Africains peuvent continuer d'espérer que le prochain pape sortira du Continent noir. En tout cas, tous les regards sont braqués sur le cardinal Nigérian, Mgr Francis Arinze, qui a été plusieurs fois cité dans les débats organisés par des chaines de télévisions occidentales sur la succession de Benoît XVI.

Il serait le mieux placé parmi les cardinaux africains éligibles. Ce qui serait une immense joie pour les catholiques noirs en particulier, et pour ceux du tiers monde en général. En 2005, lors de l'élection de Joseph Ratzinger comme nouveau pape, le second à avoir obtenu le plus de voix était un Argentin, Mgr Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, un pays du Tiers Monde où vivent plus de 80% de catholiques. Mais attention, les différents sites européens indiquent que le prochain chef de l'Eglise catholique pourrait être un outsider. D'autant que la nationalité n'entre plus dans les critères de désignation d'un pape. Ce qui veut dire que donc le jeu reste ouvert.

Vivement qu'il soit africain ! De toutes les façons, le cardinal Nigérian, Mgr Francis Arinze, dispose de bien des atouts pour être le chef de l'Eglise catholique. Agé de 80 ans, il a commencé ses études au séminaire de Neuwi puis à Enugu au Nigéria avant de fréquenter l'Université pontificale urbanienne à Rome. Il complètera sa formation par un diplôme en pédagogie obtenu à Londres. Il est ordonné prêtre le 23 novembre 1958 pour le diocèse d'Onitsha au Nigéria. De retour dans son diocèse, il enseigne la liturgie au séminaire d'Enugu avant d'être nommé secrétaire régional de l'éducation catholique pour l'Est du Nigéria. Nommé archevêque coadjuteur d'Onitsha le 6 juillet 1965, il a été consacré le 29 août suivant et est devenu archevêque de ce diocèse le 26 juin 1967.

Il a présidé pendant cinq ans (de 1979 à 1984) la conférence des évêques du Nigéria. Le 8 avril 1984, il est nommé au sein de la curie romaine comme pro-préfet du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, avant de devenir le président de ce conseil le 27 mai 1985. Le 1er octobre 2002, il est devenu préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements par Jean Paul II. Il est ordonné cardinal par le pape Jean Paul II, lors du Consistoire du 25 mai 1985 avec le titre de cardinal-diacre de San Giovanni Pigna.

Il est ensuite élevé au rang de cardinal-prêtre le 29 janvier 1996, puis cardinal-évêque Velletri-Segni le 25 avril 2005, titre porté par Joseph Ratzinger avant son élection au siège pontifical. Le nombre de catholique sur le continent noir augmentant rapidement, plusieurs observateurs avait prononcé son nom comme successeur possible à Jean-Paul II, ce qui aurait fait de lui le premier pape noir. Le cardinal allemand Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI a pour sa part déclaré avant son élection que « l'élection d'un pape africain serait un signe positif pour toute la chrétienté ».

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.