16 Février 2013

Tchad: La Cen-Sad renaît de ses cendres

Photo: Sidwaya
Réunion extraordinaire de la CEN-SAD du samedi 16 février 2013 à Ndjaména

Au Tchad, un sommet extraordinaire de la Communauté des États sahélo-sahariens s'ouvre ce samedi 16 février dans la matinée à Ndjamena. La Cen-Sad est une organisation créée en 1998 à l'initiative de Mouammar Kadhafi, tombée dans une profonde léthargie après la mort du guide libyen. Six chefs d'Etats africains sont arrivés hier soir à Ndjamena. Ils devraient être une dizaine à participer à ce sommet de la refondation.

La dizaine de chefs d'Etat qui se retrouvent ce samedi devront adopter un nouveau texte fondateur de la communauté. Il s'agit du traité révisé qui recentre les objectifs de la Cen-Sad en deux points.

Premièrement, la création d'un conseil permanent de paix et la sécurité. Les suites de la guerre en Libye, le conflit au Mali et la menace terroriste dans plusieurs pays de la région obligent les pays du Sahel et du Sahara à parler d'une même voix à l'Union africaine, et au-delà.

Ensuite, les chefs d'Etat devraient procéder à la création d'un conseil permanent pour le développement durable, avec des territoires dominés par le désert et un lac Tchad menacé de disparition alors qu'il fait vivre plus de 30 millions de personnes. Il est temps de penser au développement pour éviter que la pauvreté ne favorise l'éclosion du banditisme.

Le sommet de Ndjamena sera en principe celui du passage d'une Cen-Sad politique orientée vers les ambitions de leadership continental de Mouammar Kadhafi vers une communauté recentrée sur des objectifs de développement.

Omar el-Béchir, invité encombrant du sommet

Jean-Marie Fardeau, Directeur du bureau français de Human Rights Watch: "Le Tchad devrait refuser la présence de Béchir, ou renoncer à accueillir un tel sommet sur son sol".

Parmi les invités attendus ce samedi à Ndjamena, le président soudanais, Omar el-Béchir. Mais celui-ci est poursuivi par la Cour pénale internationale pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, et le Tchad a signé le statut de Rome, le texte fondateur de la CPI. Quelque 80 associations de défense des droits de l'homme à travers le monde ont donc signé une lettre adressée au président tchadien Idriss Déby pour qu'il coopère avec la Cour.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.