Magharebia (Washington DC)

15 Février 2013

Libye: La Libye célèbre la révolution dans un climat d'incertitude

Photo: Magharebia
Libyans celebrate February 17 revolution.

Benghazi — Alors que les Libyens s'apprêtent à célébrer le second anniversaire de la révolution, des appels au gouvernement s'élèvent pour qu'il accepte une aide en matière de sécurité.

Deux ans après la Révolution libyenne du 17 février, l'insécurité règne encore dans le pays et les citoyens réclament à grand cris des progrès plus rapides.

Dans l'est, certains appellent à une "nouvelle révolution" pour corriger l'évolution du pays, déclarant que leur révolution a dévié de sa voie première.

"Le second anniversaire sera le point de départ du soulèvement pour la vérité," explique Jabir al-Mejbri, un jeune activiste de Cyrénaïque qui a entamé une grève de la faim pour demander la redistribution des sièges parlementaires.

"Il n'y a ni sécurité, ni sûreté," ajoute al-Mejbri.

Le peuple libyen est inquiet, indique Ibrahim Sultan, un habitant de Benghazi. "Nous avons besoin de l'aide des pays occidentaux en ce qui concerne les mesures de sécurité," précise-t-il à Magharebia.

"Compte-tenu des performances du Congrès général national (CGN), nous avons désormais besoin d'une assistance étrangère," renchérit Suleiman al-Darsi, ingénieur à Benghazi.

Les groupes de la société civile doivent manifester pour pousser le gouvernement à accélérer le rythme de la mise en place de la sécurité et de l'armée, déclare Abu Bakr Belal al-Amin, enseignant de 23 ans et membre de la Fraternité musulmane. Les autorités devraient mettre fin à la centralisation et accélérer la tenue de l'élection du comité de rédaction de la constitution, suggère-t-il.

Les manifestations destinées à célébrer l'anniversaire de la révolution ne doivent cependant pas créer le "chaos", met en garde Hassan Mohamed, habitant de Benghazi, en particulier sachant que "les plans pour la sécurité promis par le ministère de l'Intérieur n'ont pas été mis en oeuvre".

"Hélas, au moment de l'anniversaire de notre glorieuse révolution, ceux qui souffraient sous l'ancien régime souffrent encore, et la marginalisation règne toujours," indique Tarek al-Sahati, 26 ans, employé d'Hatif Libya.

"C'est triste, le pays est toujours submergé par le chaos à cause de l'absence de lois qui demanderaient à ceux qui ont commis des erreurs de rendre des comptes et dissuaderaient ceux qui tentent de déstabiliser la sécurité de l'état. Nous voulons des droits et un système législatif, et alors tout pourrait s'organiser," précise al-Sahati.

Pour Abdelkrim al-Raqie, un autre habitant de Benghazi, cet anniversaire marque "le triomphe de la vérité sur le mensonge".

"Le pays a un besoin urgent de sécurité car, sans elle, il ne pourra y avoir ni stabilité, ni construction, ni développement, et les situations respectives du pays et des citoyens ne pourront qu'empirer", confie al-Raqie. "C'est ce qui nous fait défaut dans certaines régions, et particulièrement à Benghazi, le berceau de la révolution."

Al-Raqie suggère également qu'une aide étrangère pourrait être nécessaire pour la formation, la planification et la réhabilitation des forces de sécurité.

Pour sa part, le journaliste Nasser al-Daisi déclare que s'il faut évidemment célébrer le second anniversaire de la révolution du 17 février, il ne faut pas oublier que des changements sont toujours nécessaires en Libye.

"La performance politique du CNG est faible. Elle n'est pas à la hauteur de sa responsabilité nationale. La position du CNG n'est pas ferme sur de nombreuses questions graves et importantes," relève-t-il.

Selon lui, le gouvernement "n'a pas été capable de mettre l'armée en place, alors qu'il s'agit du premier facteur stratégique dans la construction d'un état et la protection de sa légitimité, et que cette mise en place permettrait de renvoyer au second plan les agences de sécurité en termes de protection des citoyens".

"L'armée doit construire ses branches terrestre, aérienne et marine, et former des cadres. Mais cela ne peut s'accomplir qu'au moyen de formations à l'étranger et de nouveaux armements", dit le journaliste.

Ads by Google

Copyright © 2013 Magharebia. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

La Libye célèbre le 2e anniversaire de la révolution

Libyans celebrate February 17 revolution.

A l'heure où la Libye célèbre le deuxième anniversaire de sa révolution, l’insécurité règne partout. Depuis la chute du régime de Kadhafi, on assiste à une ... Read more »