18 Février 2013

Afrique du Sud: Affaire Pistorius - La presse en première ligne des révélations

Oscar Pistorius doit comparaître mardi devant un tribunal qui statuera sur son éventuelle mise en liberté provisoire. L'athlète sud-africain est accusé du meurtre de sa petite amie. La police, les avocats ou encore les procureurs ne parlent pas, mais beaucoup de détails se sont retrouvés dans la presse ce week-end. L'athlète paralympique, sous l'emprise d'une drogue, aurait abattu sa compagne Reeva Steenkamp aux premières heures de la Saint-Valentin, s'aidant peut-être même d'une batte de cricket.

Dans cette sombre affaire Pistorius, la palme du plus gros scoop revient à City Press qui écarte totalement la thèse de l'accident. Selon celle-ci, Pistorius aurait été surpris par sa petite amie, lui aurait tiré dessus parce qu'il pensait que c'était un cambrioleur. Or, d'après City Press, la jeune femme, Reeva Steenkamp, aurait passé la nuit chez Oscar Pistorius. On lui aurait tiré dessus vers trois heures du matin dans la chambre, puis à travers la porte de la salle de bain où elle s'était réfugiée. Ce n'est donc pas du tout la thèse de l'accident. De plus, le journal dit qu'Oscar Pistorius aurait subi des tests pour déterminer s'il a pris des médicaments, des stéroïdes qui, selon le journal, peuvent créer des épisodes schizophréniques.

Un autre aspect qui est important dans la presse, c'est « le mystère de la batte pleine de sang ». Il s'agit d'ailleurs du titre de Une du quotidien en afrikaans, Rapport, ce lundi 18 février. Si cette information, qui a été aussi avancée par City Press, selon laquelle une batte de cricket aurait été retrouvée dans la maison de l'athlète, le journal ne sait pas si cette batte aurait servi à la victime pour se défendre ou au bourreau pour l'attaquer. Par contre, un autre journal en afrikaans, Beeld, qui cite aussi des sources policières, lui, nie par contre totalement le fait qu'une batte de cricket aurait été retrouvée chez Pistorius. Sur cette question donc, un gros point d'interrogation demeure.

Et la présomption d'innocence ?

C'est un gros problème pour la police qui est très embarrassée d'ailleurs par toutes ces fuites qui se retrouvent dans la presse. Ce matin, le quotidien Daily Maverick soulève justement la question de déontologie pour les médias dans cette affaire. Ce journal fait une comparaison assez intéressante avec le meurtre de Anene Booysen, cette jeune femme de 17 ans qui a été tuée il y a une quinzaine de jours après un viol collectif absolument horrible. L'histoire avait également retenu l'attention des médias, notamment avant le procès. La différence est que dans ce cas-là, la victime (comme le bourreau) était noire et pauvre : la question de la déontologie à ce moment là ne s'était pas vraiment posée. Alors qu'on la pose d'une manière importante -pour Daily Maverick- dans l'affaire Pistorius.

Les médias jouent un rôle crucial dans le cas Pistorius. Hier, le Sunday Independant détaillait l'équipe épaulant Pistorius, avec notamment un spin doctor, un conseiller en communication venu d'Angleterre, un ancien rédacteur en chef du quotidien tabloïd The Sun, un poids lourd du secteur. Plusieurs personnes comparent même maintenant cette affaire avec celle de la star du football américain, O.J. Simpson, dont le procès pour le meurtre de sa femme et de son amant s'était joué en grande partie dans l'opinion publique.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.