Sidwaya (Ouagadougou)

Burkina Faso: Sécurité alimentaire, eau potable et assainissement - L'UE met 33 milliards de f cfa à la disposition du Burkina

Le ministre de l'Economie et des finances, Lucien Marie Noël Bembamba, et le chef de la délégation de l'Union européenne auprès du Burkina Faso, Alain Holleville, ont signé une convention de financement, le vendredi 15 février 2013, à Ouagadougou.

La sécurité alimentaire et l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, sont les domaines bénéficiaires d'une convention de financement qui vient d'être signée, entre le gouvernement burkinabè et l'Union européenne. Par cette convention, l'Union européenne met à la disposition du Burkina Faso 50 millions d'euros, environ 33 milliards de francs CFA. La signature de la convention s'est déroulée le vendredi 15 février 2013 à Ouagadougou. C'est le ministre de l'Economie et des finances, Lucien Marie Noël Bembamba, et le président de la délégation de l'Union européenne auprès du Burkina Faso, Alain Holleville qui ont assuré la signature des documents.

Ceci, en présence du ministre de l'Agriculture et de la sécurité alimentaire, Mahama Zoungrana, et de son collègue de l'Eau, des Aménagements hydrauliques et de l'assainissement, Mamounata Belem/Ouédraogo. « Le financement de ces programmes constitue une contribution supplémentaire et substantielle de l'Union européenne à la mise en oeuvre de la SCADD au titre des secteurs identifiés », a indiqué Alain Holleville. Abondant dans le même sens, Mme Mamounata Belem/Ouédraogo a affirmé la pertinence de cet appui ciblé. « C'est une initiative salutaire de l'Union européenne pour permettre de juguler deux fléaux qui hantent le Burkina Faso, à savoir l'insécurité alimentaire et le non accès à l'eau potable et à l'assainissement », a-t-elle souligné.

Le premier volet de ce financement concerne la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les populations les plus démunies dans les régions les plus affectées. Ce programme envisage de toucher directement plus de 85 mille ménages, environ 500 mille personnes pauvres et vulnérables à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle et s'étend à toutes les régions du pays. Selon le chef de la délégation de l'Union européenne, l'initiative vise à accélérer particulièrement, les progrès vers l'atteinte des OMD (réduire l'extrême pauvreté et la faim) dans lesquels le Burkina accuse un retard. Le second volet du projet veut assurer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement. L'appui de l'Union européenne à ce secteur, est une réaction aux besoins sans cesse croissants dans beaucoup de régions du Burkina.

Pour le ministre de l'Eau, des Aménagements hydrauliques et de l'Assainissement, Mamounata Belem/Ouédraogo, de nombreuses réalisations physiques sont envisagées, en vue de résorber ces besoins. « Des latrines familiales seront construites dans les milieux urbain et rural et d'autres infrastructures d'assainissement seront aussi mises à la disposition des populations », a confié Mme Belem. Ces composantes qui se complètent mutuellement vont soutenir et renforcer les initiatives déployées pour combattre l'insécurité alimentaire et la malnutrition.

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.