L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Régression du paludisme

La lutte contre le paludisme à Madagascar semble porter des fruits. Toutefois, il ne faut pas relâcher la vigilance et les efforts doivent être poursuivis.

Le paludisme existe depuis très longtemps à Madagascar, même avant la colonisation. La situation de la lutte contre cette maladie a nettement évolué ces dix dernières années. Telle a été la déclaration du directeur de l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM), le Pr Christophe Rogier, lors de la conférence tenue dans le local de l'Alliance française de Mahajanga, mardi dernier. « Le passé, le présent et l'avenir du paludisme » était le thème de cette conférence.

« Une très forte régression a été constatée dans beaucoup de zones. Dans certains endroits, on peut même diviser jusqu'à 100 les chiffres. Dans les Hautes terres, il n'y a presque plus de paludisme », a relevé le professeur.

« Dans la côte ouest et le reste du pays, le paludisme a aussi diminué et les risques sont écartés. En 2011, pourtant, 16% des enfants ont été affectés par cette maladie. 80% des gens ont pu bénéficier des différentes actions réalisées en vue de la lutte contre le paludisme, à savoir la distribution de moustiquaires imprégnés d'insecticides, l'opération d'aspersion d'insecticides dans les foyers, ainsi que le test de diagnostic rapide gratuit au sein des CSB », a encore expliqué le directeur de l'IPM.

L'USAID et le Fonds mondial fournissent les moyens pour cela. Les 80% de la population ont bénéficié de ces moustiquaires gratuits et 20% ont été traités, 10% des enfants ont subi des tests rapides, tandis que 20% des femmes enceintes ont obtenu, à titre préventif, des médicaments pendant leur grossesse.

Aujourd'hui, la difficulté d'accès aux médicaments, la non consultation et le manque de confiance de la population restent encore des problèmes. Le souci dans la lutte contre le paludisme réside actuellement au niveau du financement.

Surveillance

« Il faut prendre en compte la situation de menace en cas de diminution du financement du projet. Les parasites résisteront aux médicaments », a mentionné le Pr Christophe Rogier.

Mais cette lutte a provoqué un effet négatif chez les gens. Ils ont beaucoup plus de mal à acquérir l'immunité naturelle. Et le nombre des gens susceptibles d'en attraper vont augmenter.

Le traitement du paludisme est gratuit dans tous les établissements publics ainsi que les tests de diagnostic rapide (TDR). Des travaux d'évaluation de l'efficacité des mesures de lutte sont déployés depuis longtemps.

« Le ministère de la Santé publique n'a pas ménagé sa peine pour prendre en charge la santé de la population, en dépit de la crise économique et politique à Madagascar », a souligné Christophe Rogier.

Depuis plus de 20 ans, une surveillance de la sensibilité du paludisme est activée dans toute l'Île. Plus de 64 sites, y compris Mahajanga, sont concernés. Madagascar fait partie des meilleurs pays dans la lutte contre le paludisme.

En ce qui concerne le cas de Mahajanga, aucune épidémie de paludisme n'y a été enregistrée, ces derniers mois, a tenu à rassurer le directeur de l'IPM.

Étudiants, universitaires et professionnels de la santé ont assisté à cette conférence sur la lutte contre la paludisme. L'IPM est un établissement scientifique malgache à but non lucratif sous la tutelle du ministère de la Santé et l'Institut Pasteur de Paris.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.