La Presse (Tunis)

19 Février 2013

Tunisie: Initiative de Jebali - Pas de technocrates, les concertations se poursuivront

Photo: La Presse
La concertations pour la formation d'un gouvernement apolitique en Tunisie n'a pas abouti

«Je rencontre aujourd'hui, mardi 19 février, le Dr Moncef Marzouki, président provisoire de la République, en vue d'examiner les prochains pas à franchir dans le cadre de la composition du gouvernement. Le deuxième round de concertations tenu, hier, avec les partis politiques m'a permis de comprendre qu'il n'y a pas de consensus sur mon initiative de gouvernement de compétences non partisanes, telle que je l'ai présentée au peuple».

Voilà l'essentiel de la déclaration du chef du gouvernement Hamadi Jebali, diffusée, hier, par la télévision nationale.

Toutefois, il a tenu à relever «des avancées importantes lors du premier round de négociations tenu vendredi dernier, sur la voie de la recherche d'autres consensus de nature à aboutir à une autre solution».

Insistant sur son attachement à demeurer franc avec le peuple, Jebali souligne : «Je n'ai pas mélangé les deux processus, à savoir un gouvernement de compétences indépendantes, d'une part, et un gouvernement mixte, d'autre part.

Malheureusement, ma proposition n'a pas bénéficié du consensus que j'attendais. Je n'accuse aucune personne d'avoir torpillé l'initiative et je n'en fais porter la responsabilité à aucune partie».

Le chef du gouvernement poursuit encore : «Je rappelle qu'il y a un progrès qualitatif pour parvenir à un autre consensus sur la composition du gouvernement. La porte des concertations n'est pas fermée et nous examinerons ce consensus. Etant de nature optimiste et convaincu de l'intelligence des Tunisiens, je suis sûr que nous parviendrons, le plus tôt possible, à une autre solution, et ce, dans le cadre de notre engagement à servir notre pays».

Hamadi Jebali conclut sa déclaration en relevant: «L'initiative d'un gouvernement de compétences non partisanes a eu le mérite d'avoir évité à la Tunisie de glisser, le 6 février, dans le chaos. Elle a regroupé les partis politiques autour de la même table de négociations et ouvert la voie à la recherche d'une solution.

Nous n'avons d'alternative que de chercher, ensemble, une autre solution. Et le président provisoire de la République est la première personne concernée par la recherche d'une autre solution».

Il est à préciser que le chef du gouvernement a rencontré, hier, Mohamed Jmour, secrétaire général adjoint du Parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu).

Ce dernier a déclaré à l'issue de l'entretien: «Notre position rejoint la position du Front populaire vis-à-vis de l'initiative de Hamadi Jebali. J'ai fait part de nos réserves quant à cette initiative qui n'a pas comporté un engagement clair sur la dissolution des ligues de protection de la révolution et des organisations sécuritaires parallèles».

Ads by Google

Copyright © 2013 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.