Afrique du Sud: Affaire Pistorius - la déposition de l'athlète devant le tribunal

Oscar Pistorius comparaissait ce mardi 19 février une nouvelle fois devant le tribunal de Pretoria. Cette nouvelle audience était destinée à étudier une demande de libération sous caution, déposée par ses avocats. Elle a été aussi l'occasion pour la défense et l'accusation de se livrer à leur premier bras de fer sur la culpabilité du champion paralympique dans le meurtre de sa petite amie. Le parquet en est sûr, c'est bien un meurtre avec préméditation. Effondré, incapable de s'adresser devant la cour, Oscar Pistorius a fait lire sa version des faits par ses avocats. Compte rendu d'audience.

Pendant que l'avocat lit la déposition, Oscar Pistorius sanglote de nouveau. Dans cette déclaration d'une dizaine de pages, il jure qu'il n'avait pas l'intention de tuer sa petite amie. Il dément dans les termes les plus vifs la thèse du meurtre prémédité soutenue par l'accusation et affirme que lui et Reeva Steenkamp étaient très amoureux.

La déposition revient ensuite sur les événements de la nuit. Selon Oscar Pistorius, il affirme s'être levé et avoir entendu du bruit venant de la salle de bains. A ce moment-là, il n'a pas ses prothèses. Mais il prend l'arme qu'il garde dans sa chambre. « Il faisait nuit noire, raconte-t-il. J'ai ressenti une peur terrible croyant que quelqu'un était dans les toilettes. Comme je n'avais pas mes prothèses, je me suis senti très vulnérable. J'ai tiré sur la porte des toilettes et crié. »

Seulement après, Oscar Pistorius aurait réalisé que Reeva Keenstamp n'était pas dans la chambre. Il l'a trouvée, dit-il, en forçant la porte des toilettes. Il n'a pas pu la ressusciter.

L'audience se poursuit ce mercredi. En jeu pour Oscar Pistorius, la liberté provisoire, en attendant de se pencher sur le fond de l'affaire. Au même moment, dans sa ville de Port Elizabeth, un dernier hommage était rendu à la victime. Le corps de Reeva Keenstamp a été incinéré dans la plus stricte intimité.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.