Zimbabwe: Mugabe - Un anniversaire à 600 000 dollars

Harare — Benoit XVI, en prenant sa retraite, pensait-il donner des idées aux Zimbabwéens pour leur président ? Beaucoup ne peuvent s'empêcher de comparer la retraite volontaire du pape avec les ambitions de Robert Mugabe.

Robert Mugabe qui est devenu le leader fondateur de son pays il y a 33 ans brigue aujourd'hui un sixième mandat. Des Zimbabwéens, las des crises, pensent que leur président au long règne devrait prendre exemple sur le souverain pontife qui, après tout, a quatre ans de moins que Mugabe. Mais c'est l'extravagante fête d'anniversaire du leader au début du mois prochain qui a provoqué le courroux de son peuple - dont la plupart luttent encore pour avoir un modeste repas sur leur table.

La "Bob '89 Super Cup"

Les pages des journaux locaux fourmillent d'énormes publireportages félicitant Mugabe pour ses 89 ans. Bien qu'il soit né un 21 février, la célébration de son anniversaire, un rituel annuel dans le calendrier politique du Zimbabwe, est fixée au 2 mars.

Des partisans se bousculent pour recueillir 600 000 dollars américains en dons provenant d'entreprises et de riches particuliers. Ce sera peut-être la fête d'anniversaire la plus chère du Zimbabwe (et probablement de toute l'Afrique australe). Dans un effort visant à rehausser davantage l'image de l'événement, on verra les deux clubs de football les plus populaires du pays, à savoir les Highlanders et les Dynamos, s'affronter dans le cadre de la "Bob '89 Super Cup" [un match en l;honneur de Mugabe, NDLR].

Le 1er mars, un concert jusqu'à l'aube, avec des musiciens de renom, est prévu en l'honneur de Bob, comme on appelle affectueusement Mugabe. La réception du lendemain, dans la ville minière de Bindura, à 70 kilomètres d'Harare, représente la cerise sur le gâteau : un discours de Bob.

Contraste frappant

Mais ce n'est pas tout le monde qui est d'humeur à faire la fête. Les concerts ostentatoires de Mugabe offrent un contraste frappant avec son peuple qui a faim.

"Je trouve insultant que notre président trouve utile d'organiser un anniversaire onéreux tandis que le reste d'entre nous souffre", explique Memory Mlambo, une veuve de 48 ans, qui vend des légumes au centre-ville d'Harare. Elle a quatre enfants et une mère clouée dans un fauteuil roulant dont elle doit subvenir aux besoins.

Selon le militant des droits sociaux et économiques, Hope Gumbo, à part fournir à ses lieutenants serviles une plate-forme pour flatter son ego, les soirées dispendieuses de Mugabe attirent l'attention sur sa vieillesse. Bien qu'il n'y ait rien de mal à célébrer l'anniversaire d'une personne, c'est la fête d'anniversaire d'un président riche qui est à la tête d'un Etat avec énormément de citoyens pauvres qui est source d'inquiétude, dit Gumbo. "Pendant que lui et ses partisans seront en train de festoyer et se divertir, nous, les Zimbabwéens ordinaires, nous nous rappellerons qu'en effet, il s'avère nécessaire de procéder à un renouvellement de la classe dirigeante."

"Vive Robert Mugabe !"

Pendant ce temps, Mugabe a réussi à retirer de force une clause dans le projet de constitution du pays qui doit être soumis à référendum le 16 mars ; clause qui limitait l'âge des candidats aux élections présidentielles à 70 ans.

Les partisans jusqu'au-boutistes du leader défendent les coûteuses fêtes d'anniversaire et la confiscation du pouvoir. Ils croient que Mugabe est encore assez fort pour briguer un nouveau mandat de cinq ans. Ils ne semblent pas gênés par des rapports datant de 2011 selon lesquels il aurait débloqué 3 millions de dollars du trésor public pour financer ses voyages en Extrême-Orient pour des soins médicaux.

Alson Darikai, un fervent défenseur des politiques d'émancipation des jeunes qui soutient Mugabe, pense que le président mérite plus de temps à la tête du pays pour pouvoir mener à bien sa dynamique d'émancipation des noirs. "Il ne faut pas s'inspirer de ce qu'un pape et le Vatican ont fait. Notre situation est tout à fait différente", dit-il. "Profitons de cette occasion pour célébrer cette légende vivante. Vive Robert Mugabe !"

Le rassemblement en fauteuil roulant

Les partisans de Mugabe font valoir que les célébrations sont organisées à des fins caritatives dans le cadre du soi-disant Mouvement du 21 février. Le leader du mouvement, Absolom Sikhosana, affirme que les festivités sont un appel à la conscience de la jeunesse du Zimbabwe, les incitant à faire preuve de patriotisme et à adhérer aux "idéaux révolutionnaires" de Mugabe.

Absolom Sikhosana, âgé de 60 ans, également secrétaire aux affaires des jeunes de la ZANU-PF justifie la fête d'anniversaire : "Le programme est une initiative de la ligue des jeunes de la ZANU-PF, qui fait cela en l'honneur et en reconnaissance de ce grand homme."

Jonathan Nkanyezi, un haut responsable au sein du parti de Mugabe, insiste sur le fait qu'aucune critique ne peut influencer négativement ses pensées. A propos du leader presque nonagénaire il dit : "Ils peuvent dire qu'il est vieux, mais nous nous rassemblerons derrière lui, même lorsqu'il sera cloué dans un fauteuil roulant."

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio Netherlands Worldwide. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.