21 Février 2013

Comores: Arrêt de travail des magistrats au palais de justice de moroni

Le tribunal de Moroni aux Comores tournait au ralenti mercredi 20 février. Les magistrats de ce palais de justice observent un arrêt de travail. Les jeunes juges plus particulièrement, ne se retrouvent pas cette justice. Une suspension d'un des leurs est l'origine de cette colère.

Un substitut du procureur de la République a été suspendu, après une altercation avec un greffier. Cette décision a été mal accueillie par les magistrats, qui ont tout de suite déclenché un arrêt de travail.

Derrière une banderole, neuf des 16 juges de première instance, ont expliqué les raisons de cet arrêt de travail : « Suite à la suspension qui a été donnée à l'un de nos collègues, nous avons décidé d'un commun accord d'observer un arrêt de travail illimité, jusqu'à ce que nos revendications soient étudiées, et qu'une solution favorable soit trouvée ! »

Cette suspension n'est que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Les jeunes magistrats se plaignent régulièrement des conditions de travail et de l'attitude de leurs aînés. Ils avaient d'ailleurs fait un mémorandum pour exposer leur situation : « Notre justice a été ternie ! C'est pour cette raison que nous sommes prêts à toute sanction disciplinaire. Mais nous irons jusqu'au bout pour que notre pays ait une justice digne, équitable et égale pour tout le monde ! ».

Souvent pointés du doigt, ces juges disent rompre le silence pour partager la peine de la population. Ces magistrats assurent que leurs vies sont en danger, d'autant que les peines qu'ils prononcent ne sont pas respectées.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.