Fasozine (Ouagadougou)

Djibouti: Stopper la répression et garantir des élections crédibles

communiqué de presse

Photo: Ofeibea Quist-Arcton/
(Photo d'archives) - Le port de Djibouti

La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) et son organisation membre, la Ligue djiboutienne des droits Humains (LDDH), s'inquiètent du climat politique et sécuritaire délétère qui prévaut à Djibouti à l'approche des élections législatives prévues le 22 février 2013. Ces organisations, selon ce communiqué de presse, dénoncent en particulier la multiplication, à l'approche du scrutin, d'arrestations, actes de harcèlements, et autres formes d'intimidation à l'encontre des membres de l'opposition politique et de leurs sympathisants, autant d'actes qui sont de nature à compromettre la tenue d'élections libres, transparentes et apaisées.

La FIDH et la LDDH appellent les autorités djiboutiennes à tout mettre en oeuvre pour veiller au respect le plus strict des droits et libertés garantis par les lois nationales et instruments internationaux relatifs aux élections. Pour la première fois depuis près de dix ans, les partis politiques de l'opposition djiboutienne ont décidé de prendre part aux élections législatives. Réunis depuis un mois au sein de l'Union pour le salut national (USN), plusieurs de leurs représentants ont, depuis lors, eu à faire face à des arrestations et détentions arbitraires, actes de harcèlement et autres formes d'intimidation. Depuis son retour d'exil le 13 janvier 2013, Daher Amhed Farah, Président du principal parti d'opposition, le Mouvement pour le Renouveau démocratique et le Développement (MRD), et porte parole de l'USN a été arrêté à quatre reprises. Le 6 février 2013, près de 300 personnes venues manifester devant le Tribunal de Première Instance de Djibouti pour demander sa libération ont été arrêtées par les services de police avant d'être relâchées le même jour. Au moins 5 d'entre elles sont restées en détention pendant deux jours. Le 15 février, ce sont trois autres hauts représentants de l'USN, Guirreh Meidal, Abdourahman Barkat God et Abdourahman Bachir qui étaient arrêtés et auditionnés par la police avant d'être libérés.

«Ces arrestations en cascade, souvent non motivées légalement, jettent le discrédit sur la volonté des autorités djiboutiennes de permettre toute forme de pluralisme politique. À l'approche des législatives, il est impératif qu'elles mettent un terme aux actes d'intimidation et qu'elles garantissent aux populations de pouvoir se rendre aux urnes sans craindre de représailles», a déclaré Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH.

Depuis plus de dix ans, les opposants, les syndicalistes, les défenseurs des droits humains et les citoyens subissent une répression continue à Djibouti, qui s'intensifie à l'approche de chaque élection. Lors de la présidentielle d'avril 2011, le bilan de cette répression a été le plus lourd de toute l'histoire du pays : plusieurs dizaines de jeunes manifestants tués, des centaines d'autres arrêtés et détenus durant des mois. «La situation d'aujourd'hui n'est malheureusement pas sans rappeler le contexte dans lequel se sont déroulés les scrutins de 2008 et 2011. La communauté internationale ne doit plus rester silencieuse face à ce déni de démocratie», a déclaré la LDDH.

La FIDH et la LDDH appellent les autorités djiboutiennes à prendre toutes les mesures nécessaire pour s'assurer du respect des dispositions de la Constitution djiboutienne, de la loi électorale de 1992, de la Charte africaine des droits de l'Homme et des Peuples ou encore du Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui garantissent l'organisation de scrutins libres, justes et transparents.

Nos organisations appellent par ailleurs la communauté internationale, et en particulier l'Union africaine (UA), la Ligue des États arabes (LEA), l'Organisation de la conférence islamique (OCI), et l'Autorité intergouvenementale pour le développement (IGAD) dont des observateurs électoraux sont dépêchés dans le pays ; la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples, qui entame aujourd'hui sa 13ème session extraordinaire ; les Nations Unies et l'Union européenne à:

- dénoncer les pratiques contraires aux droits humains du pouvoir djiboutien particulièrement dans le contexte pré-électoral actuel ;

- se prononcer sur les conditions d'exercice du vote et la validité du scrutin ;

- rappeler les autorités djiboutiennes à se conformer à leurs engagements régionaux et internationaux.»

Ads by Google

Copyright © 2013 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Suspens sur les législatives à Djibouti

(Photo d'archives) - Le port de Djibouti

L'Union pour la majorité présidentielle (UMP), parti du président de Djibouti, Ismaël Omar Guelleh, est confrontée à sa plus sérieuse menace électorale depuis dix ans. Pour ... Read more »