L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Nutrition - Deux millions d'enfants victimes d'anémie

La malnutrition demeure un grand problème dans la Grande île. Elle s'avère plus dangereuse chez les enfants que chez les adultes.

Il était 13 heures, hier, Lydia Soambinina, mère d'une famille de la commune d'Ampasina Maningory, district de Fenoarivo Atsinanana, région Analanjirofo, préparait le repas de midi. Au menu,

du riz accompagné d'un bouillon de haricot. Ils étaient six pour manger ce mets sous un soleil de plomb.

« Le matin, nous mangeons des fruits à pins (Soanambo) cuit avec de l'eau. À midi, notre régime alimentaire est basé sur le riz. Seul son accompagnement varie entre du haricot, des feuilles de manioc pilées ou des feuilles de patate douce. L'eau est la base de la cuisson de ces accompagnements de riz. Si nous avons un peu d'argent, nous achetons de l'huile alimentaire. Le soir, nous mangeons également des fruits à pins. Seuls les enfants mangent du riz accompagné de feuilles de manioc », a-t-elle expliqué. À entendre Steven Lauwerier, représentant résident de l'Unicef à Madagascar, cette situation serait la première cause d'anémie chez les deux millions d'enfants malgaches. C'était en marge du lancement du projet pilote « fortification alimentaire des bébés », (Zazatomady) à Ampasina Maningory, hier.

La carence en fer engendre pourtant des conséquences néfastes chez les enfants de 6 à 23 mois, qui ne bénéficient pas d'allaitement maternel exclusif durant leurs six premiers mois.

« Les enfants anémiques sont très sensibles aux maladies. Ils attrapent facilement la diarrhée. Cette carence en fer a également un impact sur le développement physique et cognitif de l'enfant », a expliqué Mihary Razafindrambinina, formateur au sein de PSI Madagascar.

Nouvel espoir

Le projet de fortification alimentaire chez les enfants de 6 à 23 mois s'avère être un nouvel espoir pour les familles malgaches. « Une boîte de ce produit contient 30 sachets. Un sachet contient une quinzaine de micronutriments, entre autres, de la vitamine C et du fer. Il suffit ensuite d'ingérer le contenu du sachet dans la nourriture des enfants pour avoir tous les bénéfices de cette fortification alimentaire », a précisé le formateur de PSI Madagascar.

Pour faire taire toutes les supputations autour de ce nouveau produit, Steven Lauwerier a souligné ensuite que quatre millions de sachets par mois sont distribués à travers le monde pour sauver des enfants malnutris. « En 2003, 68% des enfants malgaches sont atteints d'anémie. En 2008, ce taux a baissé de 50%, l'objectif étant de réduire encore ce taux », a jouté le représentant de l'Unicef Madagascar.

Le coordonateur national de l'Office national de la nutrition, Jean François, a souligné ensuite que deux districts vont bénéficier de ce projet pilote durant un an. « Ce projet va s'étendre, ensuite, dans la ville de Fianarantsoa et d'Antananarivo pour atteindre tout le territoire », a-t-il conclu.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.