23 Février 2013

Cote d'Ivoire: Procès Gbagbo - Rassemblement du collectif des victimes

En Côte d'Ivoire, des victimes de la crise postélectorale se sont rassemblées ce samedi 23 février dans la commune d'Abobo.

Après celui de Yopougon, il s'agissait du deuxième rassemblement organisé par le Collectif des victimes de Côte d'Ivoire (CVCI) depuis le début de l'audience de confirmation des charges contre l'ancien président ivoirien mardi dernier. Et d'autres rassemblements sont prévus.

Les parents des victimes du conflit postélectoral veulent manifester leur existence et témoigner. Environ 300 personnes se sont retrouvées au rendez-vous de ce samedi dans la cour arrière de la mairie d'Abobo. Pourquoi ces témoignages maintenant ?

Procès Gbagbo: la défense dénonce un procès politique

« On veut soutenir les actions de madame la procureure de la Cour pénale internationale, qui vont dans le sens du respect de notre droit à la justice et de notre rétablissement dans notre dignité.

On veut aussi interpeller la communauté nationale et internationale sur les faits qui sont réels », explique le président du CVCI Issiaka Diaby.

Et ce dernier d'évoquer les victimes du massacre de Yopougon, celles des barrages de Williamsville où plusieurs personnes ont été interceptées et brûlées vives, ou encore celles des différents bombardements d'Abobo.

En évoquant la responsabilité des crimes commis lors de la crise postélectorale, le collectif ne vise que l'ex-président Laurent Gbagbo et ses proches collaborateurs.

Un collectif qui se défend d'ignorer d'autres victimes, celles des exactions commises par des éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.