Le Potentiel (Kinshasa)

24 Février 2013

Afrique Australe: L'accord-cadre signé, la RDC appelle à tourner « définitivement le dos à la loi de la force »

Photo: Radio Okapi
Une vue de délégués du M23 à Kampala lors des négociations avec le gouvernement congolais (Décembre 2012)

Le président Joseph Kabila a lancé dimanche 24 février à Addis-Abéba (Ethiopie) un vibrant appel à tourner « définitivement le dos à la loi de la force » et à « écrire une page plus glorieuse que celle des deux dernières décennies », lors de la signature de l'Accord-cadre de paix par 11 pays membres de la région (Grands Lacs, SADC, Afrique centrale) et les deux facilitateurs que sont le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et la présidente de la Commission de l'Union africaine Dlamini Kosa Zana.

« Il est temps, plus que temps, que nous tournions définitivement le dos à cette logique d'un autre âge fondé sur la loi de la force plutôt que sur la force de la loi, qui confond vengeance et justice, et qui autorise le plaignant à rendre des sentences dans sa propre cause et à les exécuter lui-même», a-t-il déclaré dans son discours.

« Il est temps, plus que temps, que nous garantissions à nos populations le droit à la vie et la jouissance soutenue au bien-être le plus précieux qu'ils attendent de leurs dirigeants, à savoir la paix », a-t-il insisté.

Après avoir souhaité la fin à « la situation déplorable » dans l'Est de la RDC, le président Joseph Kabila a exhorté à écrire « une page plus glorieuse que celle des deux dernières décennies, marquées par une guerre récurrente, des violations massives des droits de l'homme et le mépris de la vie humaine ».

« Garant de la bonne application » du texte et espérant que cet accord « mènera à une ère de paix et de stabilité pour les peuples de la RDC et de la région », Ban Ki-moon a souligné en substance qu'« il ne s'agit que du début d'une approche globale qui nécessitera un engagement soutenu de la part des pays de la région, pour apaiser cette zone mise à mal par de nombreuses rébellions ».

Ont signé cet accord-cadre, les présidents Joseph Kabila (RDC), Jacob Zuma (Afrique du Sud), Armando Quebuza (Mozambique), Paul Kagame (Rwanda) Denis Sassou N'Guesso (Congo), Jakaya Kikwete (Tanzanie) ainsi que les représentants des chefs d'Etat du Burundi, de l'Ouganda, l'Angola, la Centrafrique et de la Zambie.

Ils se sont engagés à « respecter » l'Accord « afin de promouvoir le règne la paix en RDC et dans la région ».

Engagements des parties signataires

Affirmant « approuver sans réserve » l'accord d'Addis Abeba, le président rwandais Paul Kagame a déclaré que « rien ne peut davantage bénéficier au Rwanda qu'une avancée réelle vers la paix régionale et la stabilité ».

Il a appelé, sans autre détail, à « s'attaquer avec sincérité aux réels problèmes de droit, de justice et de développement et à trouver de vraies solutions pour les gens qui attendent de nous un rôle dirigeant ».

Aux termes de l'Accord-cadre, la RDC est invitée à poursuivre la réforme du secteur de la sécurité, avec une attention particulière pour l'armée et la police; consolider l'autorité de l'Etat particulièrement dans la partie Est du pays; accélérer la politique de décentralisation; développer l'économie, les infrastructures et les services sociaux de base; réformer les institutions, les finances, et d'élaborer un agenda de réconciliation et de démocratisation.

En ce qui les concerne, les pays de la région (Grands Lacs, SADC, Afrique Centrale) ne doivent pas interférer dans les affaires internes de leurs voisins, en refusant tout appui à toute force négative et en respectant la souveraineté et l'intégrité territoriale de leurs voisins.

Il leur est demandé d'entretenir la coopération administrative et judiciaire régionale, de renforcer la coopération régionale et de s'abstenir de fournir la moindre protection aux auteurs des crimes de guerre, crimes contre l'humanité, crimes de génocide ou d'agression ou aux criminels se trouvant sous le coup des sanctions des Nations Unies.

Quant à la communauté internationale, elle s'engage à responsabiliser le Conseil de sécurité et les partenaires bilatéraux sur leur ferme appui à la RDC, en même temps que devrait être renforcé le mandat de la Monusco.

.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Pour l'ONU, l'accord de paix adopté à Addis Abeba est un «début»

Une vue de délégués du M23 à Kampala lors des négociations avec le gouvernement congolais (Décembre 2012)

L'accord cadre destiné à ramener la paix dans l'Est de la RDC a été signé le dimanche 24 février 2013 par plusieurs chefs d'état africains. Le SG de l'ONU Ban Ki-moon a ... Read more »